Burundi : le prix du ticket de transport revu à la hausse

Burundi : le prix du ticket de transport revu à la hausse

Le prix du ticket de transport dans la ville commerciale Bujumbura comme en provinces a été revu à la hausse. Un changement après que les prix du carburant aient été revus à la hausse le jeudi dernier. La ministre en charge du transport l’a annoncé ce mercredi. (SOS Médias Burundi)

Dans la capitale économique, le prix du ticket de bus a été revu à la hausse de 100 francs burundais. Il est passé de 450 à 550 francs. Dans les quartiers éloignés du centre- ville et en zone de Gatumba non loin de la frontière avec le Congo, le ticket de bus varie entre 600 et 1000 francs burundais.

En provinces, le prix est fixé selon la distance qui les sépare de Bujumbura.

Des conducteurs de taxi moto avec des réservoirs à la tête à la recherche du carburant, le 3 mai 2022
Des conducteurs de taxi moto avec des réservoirs à la tête à la recherche du carburant, le 3 mai 2022

La nouvelle réglementation est faite quelques jours après une récente révision à la hausse des prix du carburant. Depuis, le prix du ticket de transport était fixé dans le désordre total. Sur la route nationale Bujumbura-Rumonge par exemple, les passagers payaient 10 000 francs burundais pour un trajet de 72 km au lieu de 5500.

Actuellement, avec la nouvelle réglementation des prix du ticket de transport , le prix du ticket pour le même trajet a été majoré de 500. Il est passé de 5500 à 6000 francs.

Même si le prix du ticket de transport vient d’être élevé, celui des produits pétroliers l’ayant été en moins de trois mois, le carburant reste introuvable au Burundi. Ce qui affecte beaucoup le transport public en commun, surtout à Bujumbura, la ville la plus grande de la petite nation de l’Afrique de l’est.

____________________

Photo : des passagers sur un parking presque vide du centre-ville de Bujumbura, le 3 mai 2022

Previous Burundi : le président Neva a primé des coopératives proches du CNDD-FDD
Next Burundi-Somalie : la FDNB reconnaît avoir perdu dix hommes