Burundi-Somalie : la FDNB reconnaît avoir perdu dix hommes

Burundi-Somalie : la FDNB reconnaît avoir perdu dix hommes

Dans un communiqué de ce mercredi, l’armée burundaise confirme la mort de dix militaires tués par des terroristes du groupe terroriste Al Shabaab. Les islamistes eux , disent avoir tué plus de cent soixante dix militaires burundais affectés à la mission de transition de l’Union Africaine en Somalie « ATMIS » qui est beaucoup connue sous son ancienne appellation « AMISOM ». (SOS Médias Burundi)

Le communiqué indique que les militaires de la FDNB (Force de défense nationale du Burundi) ont été surpris par des « kamikazes, hommes lourdement armés qui se sont servis de véhicules piégés ».
L’attaque a eu lieu mardi matin.

« Des combats violents ont eu lieu occasionnant des dégâts des deux côtés. Le contingent burundais déplore dix militaires tués, cinq portés disparus et vingt-cinq blessés. Vingt terroristes du groupe Al Shabaab ont été tués », précise le document.

Selon le communiqué, ces pertes ne vont pas décourager l’armée burundaise.
« […]. Malgré la volonté affichée par ce groupe terroriste Al Shabaab de saboter les efforts déployés, le contingent burundais reste déterminé à apporter sa contribution pour restaurer la paix durable et la stabilité en Somalie », peut-on lire dans le communiqué qui invite les militaires burundais à « rester vigilants et redoubler d’efforts pour déjouer toute manœuvre ennemie ».

Sur son compte Twitter, le président burundais a estimé qu’il s’agit d’une perte pour toute l’Afrique.

« Il n’y a pas de mots assez forts pour condamner l’attaque terroriste contre le contingent burundais [….]. Je me joins à toute l’Afrique qui vient de perdre des fils et filles tombés sur le champ d’honneur pour consoler les familles durement éprouvées », a écrit Évariste Ndayishimiye.

Le groupe terroriste Al Shabaab a déclaré avoir tué cent soixante treize militaires burundais dans la région de Shabelle moyen, au sud-ouest de la capitale somalienne Mogadiscio.

Le Burundi participe dans la mission de maintien de la paix en Somalie depuis 2007.Il est le second pays contributeur de troupes après l’Ouganda, avec plus de 4400 hommes. D’autres pays qui ont envoyé des troupes en Somalie sont le Kenya, le Djibouti, l’Éthiopie et l’Ouganda.

L’union africaine a condamné l’attaque dans un communiqué.

En septembre 2019, au moins douze militaires avaient été tués dans une attaque contre un convoi de militaires burundais. L’embuscade s’était déroulée dans la même région de Shabelle moyen. Deux mois plus tôt, sept autres militaires burundais dont un officier supérieur avaient été tués par les shebaab à Bal’Ad, à une trentaine de kilomètres de Mogadiscio.

___________

Photo d´archives : rapatriement des corps des militaires burundais tombés sur le champs de bataille en Somalie

Previous Burundi : le prix du ticket de transport revu à la hausse
Next Ituri (RDC) : la société civile alerte sur la situation humanitaire des déplacés de Komanda