Giharo : les riziculteurs rackettés

Giharo : les riziculteurs rackettés

Les riziculteurs regroupés en associations communautaires crient au secours. Ils indiquent être victimes d’un vol organisé par les responsables locaux CNDD-FDD, le parti au pouvoir. Ces derniers les forcent à payer de l’argent et du riz au risque de perdre les parcelles du marais de Mukazye. Le montant exigé va jusqu’à 19 mille, en plus de 5 kg de riz par individu. Cela se déroule en commune de Giharo dans la province de Rutana (sud-est du Burundi). (SOS Médias Burundi)

Toute personne ayant un lopin de terre dans le marais de Mukazye doit payer le riz et l’argent. Le responsable des associations communautaires exerçant à cet endroit est chargé de faire la collecte, selon des témoins.

« C’est Baranyikwa surnommé Saryinyo, responsable des marais de Mukazye qui effectue la collecte. Le montant à payer a été fixé lors d’une récente réunion en présence d’Alexis Baragomwa, secrétaire du CNDD-FDD en zone de Giharo », disent nos sources.

Des riziculteurs indiquent qu’il leur a été ordonné de payer 15 mille francs burundais non justifiés, une taxe communale de 3 mille francs et un montant additionnel de mille francs avant le repiquage. Aucun reçu n’est donné aux contributeurs.

En plus de l’argent, chaque propriétaire de lopin de terre doit, à chaque récolte, donner 5 kg de riz.

Le gouverneur de Rutana a été saisi, mais il a préféré confier l’affaire à l’administratrice communale. Cette dernière n’a jusqu’ici rien fait, selon les intéressés.

« Elle ne peut rien faire sans consulter les responsables du CNDD-FDD alors que ce sont eux qui organisent ce vol. On nous menace de nous prendre les parcelles si on refuse de payer. On n’a pas de choix », regrettent-ils.

Le marais de Mukazye a été aménagé par le projet PRODEMA (projet de productivité et de développement des marchés agricoles), en 2013 -2014 dans le cadre d’appui au secteur agricole.

_________________

Photo : une pancarte indiquant la commune de Giharo

Previous Bwambarangwe : vol du matériel à l'hôpital de Mukenke, le personnel exige une enquête indépendante
Next Cibitoke : recrudescence de cas de viol sur mineures