Mukaza : l’administration inquiétée par des jeunes qui consomment les stupéfiants

Mukaza : l’administration inquiétée par des jeunes qui consomment les stupéfiants

Dans une réunion de ce mercredi organisée par la mairie de Bujumbura (ville commerciale) à l’endroit des administratifs, de la police, des représentants du secteur de l’éducation et de la justice ainsi que des chefs de cellules, la question de la consommation des stupéfiants chez les jeunes dans les différents quartiers de la commune de Mukaza (centre de Bujumbura) a été évoquée.Des jeunes drogués arrêtent et dépouillent de leurs biens les passants, en complicité avec certains policiers. Les autorités locales demandent la mise en application des mesures drastiques pour décourager la consommation et la commercialisation des stupéfiants. (SOS Médias Burundi)

Des chefs de quartiers se sont plaints devant le maire.

« Nous arrêtons chaque fois les vendeurs de ces stupéfiants et les remettons à la police mais après quelques temps seulement, ils sont relâchés par la même police qui devrait les sanctionner », déplore un des chefs de cellules de la zone de Bwiza.

« Sur l’Avenue Moso en face du siège de l’Office du Thé du Burundi (OTB), personne ne peut y passer au risque de se faire dépouiller par des jeunes drogués pendant la nuit. Ce sont des jeunes de la zone de Bwiza. Nous les connaissons », enchaîne un élu du quartier de Rohero présent dans la salle.

Et de demander à la mairie de Bujumbura d' »augmenter le nombre des éléments des forces de l’ordre dans cet endroit pour l’intérêt de la population ».

Le chef de quartier de Jabe en zone de Bwiza a indiqué quant à lui que les jeunes en provenance de la 9ème Avenue de Bwiza perturbent la sécurité suite à la consommation des stupéfiants.

Et de se plaindre « Quand j’appelle le chargé de la sécurité dans la zone de Bwiza pendant la nuit, il répond qu’il tient compte seulement des informations qui lui sont fournies par des Imbonerakure (membres de la ligue des jeunes du CNDD-FDD, le parti présidentiel) ».

Jimmy Hatungimana, maire de la ville de Bujumbura a exhorté ses subalternes à « travailler en franche collaboration pour mettre fin à ce comportement des jeunes qui consomment des stupéfiants ».
Il a mis en garde les administratifs ou policiers qui collaborent avec les vendeurs ou consommateurs des stupéfiants .

« Ils seront punis conformément à la loi », a-t-il menacé.

L’inspecteur général de la police a promis que ses services vont redoubler de vigilance pour « éradiquer ce fléau ».

______________

Photo : la commune de Mukaza

Previous Bujumbura : le gouverneur de province s'oppose à la célébration du troisième anniversaire du CNL à Nyabiraba
Next Rumonge : le président Neva somme le conseiller économique du gouverneur de démissionner