Rumonge : le président Neva somme le conseiller économique du gouverneur de démissionner

Rumonge : le président Neva somme le conseiller économique du gouverneur de démissionner

Le conseiller économique a avoué devant le président de la République qu’une partie du carburant détourné a été saisie chez lui. Gilbert Horugavye s’est confessé ce vendredi lors d’une séance de moralisation animée par le président Évariste Ndayishimiye au stade Vyizigiro situé à Mbuga, zone de Kizuka, commune et province de Rumonge (au sud-ouest du Burundi). Le président Évariste Ndayishimiye a exigé du conseiller de présenter sa démission. Au cours de cette séance, plusieurs questions ont été abordées. Le gouverneur et l’administrateur de Rumonge sont aussi dans le viseur du chef de l’Etat. Ils sont soupçonnés dans la vente illicite du sucre et de ciment. En avril dernier, alors que la pénurie du carburant était à son paroxysme dans la petite nation de l’Afrique de l’est, au moins mille litres de carburant ont été saisis chez l’administrateur de Rumonge et au domicile de M. Horugavye d’après nos informations. Ce sont des agents du service national de renseignements (SNR) en provenance du siège à Bujumbura (capitale économique) qui ont procédé à la fouille. (SOS Médias Burundi)

Le président de la République a déclaré le conseiller économique du gouverneur de la province de Rumonge persona non grata dans la fonction publique.

L’ autre administratif qui a été savonné par le président Ndayishimiye est le gouverneur de province. Il a été questionné sur le détournement du sucre. Le numéro Un a demandé quelles étaient les sanctions prévues pour les commerçants impliqués.

Le gouverneur Consolateur Nitunga a reconnu que des commerçants jouent la spéculation dans la vente du sucre . Ils n’ont jusqu’ici pas été punis.

Le gouverneur, ses conseillers et l’administrateur de la commune de Rumonge ont été cités dans la fraude du sucre, des produits Brarudi (Brasserie et limonaderie du Burundi) , du ciment et du carburant.

Le président Évariste Ndayishimiye a chargé le commissaire provincial de la police et le responsable local du service national de renseignements (SNR) d’enquêter et de lui remettre un rapport ce samedi.

Il promet de remercier tous les corrompus de cette administration provinciale.

Des habitants ont évoqué le secteur de la justice comme étant le plus gangréné par la corruption.

« Le tribunal de résidence de Rumonge prend la première place du podium. Ses juges sont les plus corrompus et rendent de jugements erronés en faveur de ceux qui leur donnent des pots-de-vin », ont expliqué des habitants de la province.

Le président Ndayishimiye a également instruit des responsables de la police et de la justice de traquer deux enseignants déserteurs , accusés d’avoir engrossé deux jeunes élèves.

À Rumonge, le président Neva a montré à ses lieutenants qu’il maîtrise la situation et que de simples citoyens lui font parvenir des plaintes. Il est allé jusqu’à demander des éclaircissements sur la vente de viande d’une vache déjà morte en commune de Rumonge.

Le gouverneur et l’administrateur se sont accusés mutuellement.

 » Il y a un groupe qui se croit intouchable ici à Rumonge. Ils pensent être au dessus de la loi tout simplement parce que ces gens sont protégés par le gouverneur et l’administrateur. Je vais démanteler ce groupe. Si j’entends parler de ce groupe encore une fois, vous le gouverneur et l’administrateur vous allez être chassés immédiatement. Des commerçants qui pensent qu’ils sont intouchables à cause de leur richesse…je vous jure! Dans un pays qui entretient l’impunité, il y a toujours le désordre . Si vous êtes de mauvais bergers, je vais vous chasser et vous remplacer par de bons berges qui s’occupent convenablement de mes brebis », a indiqué M. Neva sous un ton sévère et sous les applaudissements des habitants.

Le président burundais est allé jusqu’à promettre de demander aux électeurs de retirer la confiance à un député qui, selon lui se croit intouchable.

« Il y a un député ici que l’on m’a dit qu’il se croit invulnérable. Rappelle-toi que tu as été élu par des citoyens burundais. Je passerai par eux pour te destituer. Je connais tout ce qui se passe ici… », a menacé celui dont les déclarations publiques n’ont pas souvent été suivies d’actes concrets.

« Si le président continue de faire des déclarations sans s’assurer que ses services les mettent en action comme cela s’est manifesté depuis qu’il a accédé au pouvoir, on finira par le prendre pour un comédien comme d’autres comédiens burundais », estime Anschaire Nikoyagize, président de la Ligue Iteka, la plus ancienne association des droits humains au Burundi, aujourd’hui en exil après être radiée par les autorités burundaises à la suite de la crise de 2015 déclenchée par un autre mandat controversé de feu président Pierre Nkurunziza.

______________

Photo : Gilbert Horugavye, sommé de démissionner de ses fonctions de conseiller économique du Gouverneur de la province de Rumonge

Previous Mukaza : l'administration inquiétée par des jeunes qui consomment les stupéfiants
Next Beni (RDC) : sept civils tués à Tsan-Tsan