Nyanza-Lac : l’administratrice communale accusée de licenciement abusif des employés

Nyanza-Lac : l’administratrice communale accusée de licenciement abusif des employés

Certains membres du conseil communal de Nyanza-Lac en province de Makamba (sud du Burundi) et des employés de la commune accusent l’administratrice de cette commune d’un mauvais traitement du personnel. Ils disent que cette autorité est responsable du licenciement de certains employés en violation de la loi. (SOS Médias Burundi)

Marie Goreth Irankunda , administratrice de Nyanza-Lac perturbe les activités de la commune en persécutant les employés. C’est du moins ce que lui rapprochent certains employés de la commune et membres du conseil communal.

« Elle a licencié un officier d’état civil en zone de Kazirabageni, il y a plus d’une année. Ce, en violation de la loi. Les autres personnes visées sont le chauffeur du véhicule de la commune et le secrétaire communal. Elle veut les chasser sans consulter le conseil communal. Un des deux concernés a déjà porté plainte », disent des employés en colère.

Des membres du conseil communal craignent que la commune ne dépense beaucoup d’argent une fois que cet employé gagne le procès.

La semaine dernière, Marie Goreth Irankunda a encore une fois soulevé le dossier du chauffeur de la commune et du secrétaire dans une réunion du conseil communal pour qu’à leur tour ils soient licenciés, soit mutés dans d’autres services.

« Quand bien même le conseil communal a rejeté sa proposition , elle a engagé un autre chauffeur alors que l’ancien chauffeur est toujours au service », a indiqué une source parmi des membres du conseil communal qui estime qu’il s’agit d’une « mesure abusive ».

Selon des témoins, le chauffeur serait victime de sa position par rapport aux conflits qui minent l’Église pour l’Unité du Saint Esprit au Burundi (Eusebu) depuis des mois. Des conflits qui ont déjà causé la mort de deux hommes dont le représentant légal de la congrégation. Le chauffeur et l’administratrice qui sont membres de l’Eusebu soutiennent deux groupes opposés.

« L’administratrice est convaincue que son chauffeur peut un jour la tuer dans une simulation d’accident », disent des proches de Madame Irankunda.

__________________

Photo : le chef-lieu de la commune de Nyanza-Lac

Previous Cibitoke : contribution forcée des fonctionnaires pour la construction du palais de Gitega
Next Nyabihanga : un enseignant en détention depuis une semaine