Bubanza : des agriculteurs reçoivent moins d’engrais que la quantité demandée

Bubanza : des agriculteurs reçoivent moins d’engrais que la quantité demandée

Cette semaine, la distribution des engrais chimiques a commencé en province de Bubanza (ouest du Burundi). Des cultivateurs se plaignent toutefois qu’ils ne sont pas approvisionnés en quantité demandée et pour laquelle ils ont payé. La direction provinciale en charge de l’agriculture explique que certains demandeurs spéculent dans le but de vouloir revendre le produit. (SOS Médias Burundi)

Les fertilisants en distribution sont produits par l’entreprise FOMI (Fertilisants Organo- Minéraux). La distribution se fait sur différentes collines de la province de Bubanza. Seulement, sur plus de 5700 tonnes demandées pour la seule saison C, les autorités en charge de l’agriculture trouvent qu’il y a une certaine incompatibilité.

« C’est trop pour les quelques 5490 hectares cultivables déjà recensés. Mais nous savons déjà que certaines personnes se font passer pour des cultivateurs et ont payé pour de grandes quantités afin de revendre les fertilisants sur le marché noir à des prix exorbitants », indique Emmanuel Ndikubaganwa, directeur du bureau provincial en charge de l’agriculture.

Des policiers supervisent la distribution d'engrais chimiques sur un point de vente de fertilisants à Bubanza
Des policiers supervisent la distribution d’engrais chimiques sur un point de vente de fertilisants à Bubanza

Eliezer Nyabenda un des fournisseur de fertilisants indique qu’au moins 11mille cultivateurs ont fait la demande et payé les frais y relatifs. Il précise que « la quantité disponible est minime pour servir tous les demandeurs ». Il affirme que seul un tiers de requérants sera servi.

La distribution se fait par colline, en présence d’un représentant du bureau provincial en charge de l’agriculture. Mais plusieurs cultivateurs ne sont pas encore servis, alors que l’année culturale prend fin avec le mois de juillet tel que mentionné sur les jetons.

L’inquiétude gagne les esprits. Beaucoup de personnes pensent que l’argent payé ne leur sera pas remboursé.

___________________

Photo : un homme sort des sacs d’engrais chimiques d’un dépôt à Bubanza

Previous Cibitoke : des effets militaires saisis chez des Imbonerakure à Rugombo
Next Bujumbura : retrait dans les rues de Bujumbura des enfants en situation de rue et des mendiants