Cibitoke : des militaires burundais continuent d’être accompagnés par des Imbonerakure au Congo

Cibitoke : des militaires burundais continuent d’être accompagnés par des Imbonerakure au Congo

Des militaires et des Imbonerakure (membres de la ligue des jeunes du parti CNDD-FDD) lourdement armés sont passés par les collines de Kaburantwa et de Nyamitanga de la commune de Buganda dans la province de Cibitoke (Nord-ouest du Burundi) jeudi dernier et la nuit de dimanche. Ils étaient en partance pour la République Démocratique du Congo en passant par la rivière Rusizi (séparant le Burundi et la RDC). Des habitants proches de cette rivière se disent inquiets de cette incursion. Un commandant chargé de l’opération tranquillimse. (SOS Médias Burundi)

De longues files indiennes des militaires burundais avec des jeunes du parti présidentiel ont été vues jeudi dernier et dans la nuit de dimanche sur les collines de Kaburantwa et Nyamitanga.

Selon une source policière locale, ces militaires appartiennent aux 110,112 et 121 èmes bataillons respectivement de Gatumba (Bujumbura ouest), de Cibitoke et de Mutukura (province de Cankuzo à l’est).

« Ces militaires ont franchi la frontière pour aller renforcer les positions de leurs compagnons d’armes situés de l’autre côté de la Rusizi précisément dans les hauts plateaux des groupements de Kigoma, Kiryama et Lemera au Sud-Kivu », a expliqué notre source.

Les militaires qui partent du camp de Cibitoke ont pour mission de combattre les rebelles de Red Tabara, un groupe rebelle qualifié de terroriste par les autorités burundaises. Ils sont chargés également de préparer le terrain en passant dans le groupement de Luberizi, dans la plaine de la Rusizi proche de la province de Cibitoke, pour les forces de l’EAC.

Ces derniers auront comme objectif de mettre hors d’état de nuire les différents groupes rebelles qui pullulent à l’est du Congo, selon un communiqué sorti par les chefs d’États de la sous-région en juin dernier dans la capitale du Kenya, Nairobi.

Un jeune officier faisant partie du convoi se dit prêt. Selon lui , une grosse somme d’argent est en jeu à la fin du mois.

Ces propos sont nuancés par un autre militaire qui dit ne pas connaître les modalités qui vont déterminer les salaires qui seront octroyés aux militaires en mission en RDC.

« L’argent promis ne va pas me parvenir. Il s’agit d’une aventure dangereuse. Des soldats de la FDNB (Force de défense nationale du Burundi) et des jeunes du CNDD-FDD y ont déjà laissé leur peau mais sans indemnisation », indique un Imbonerakure habitué à ce genre de missions.

Des agriculteurs des collines par où transitent les hommes en uniforme et les Imbonerakure disent ne plus aller dans leurs champs de peur d’être agressés par des militaires et des jeunes du parti au pouvoir.

« Ça fait exactement trois jours que l’accès vers nos champs nous est refusé », se lamente un agriculteur de Nyamitanga.

Contacté à ce propos, le commandant du camp de Cibitoke tranquillise. Il indique qu’il n’y a pas de mouvements de militaires burundais signalés en RDC en dehors d’une mission officielle. La mission officielle dont il parle concerne l’envoi des militaires des pays de la région de l’Afrique de l’est dans une force qui sera chargée de démanteler les groupes armés locaux et étrangers qui pullulent dans l’est du Congo.

Ce lundi, le premier contingent burundais est entré officiellement au Congo avec un effectif de plus de 600 militaires, selon le lieutenant Marc Elongo, un porte-parole des FARDC (Forces Armées de la République Démocratique du Congo) dans le Sud-Kivu.

Previous Burundi : le premier ministre menace de chasser le représentant de la société de surveillance sur un projet de réhabilitation de la RN3
Next Burundi : il y a dix huit ans le massacre de Gatumba