Bujumbura : l’administrateur de Ntahangwa menace de fermer définitivement les mini dépôts et les bars qui spéculent sur les prix des boissons Brarudi

Bujumbura : l’administrateur de Ntahangwa menace de fermer définitivement les mini dépôts et les bars qui spéculent sur les prix des boissons Brarudi

La mise en garde a été donnée ce vendredi par l’ administrateur de la commune de Ntahangwa (nord de la capitale économique Bujumbura) dans une réunion avec les propriétaires des megas, mini dépôts et bistrots. Ernest Niyonzima a indiqué que les chefs de zone, les chefs de quartier et chefs de poste seront déployés pour superviser la distribution des produits Brarudi (brasseries et limonaderies du Burundi) depuis les dépôts jusqu’au dernier point de vente de la chaîne de distribution de ces produits. Il a également recommandé aux administratifs à la base de suivre de près la distribution et la vente pour faire respecter le prix officiel des produits Brarudi. (SOS Médias Burundi)

Cette réunion s’est transformée en une chambre d’accusations mutuelles entre les commerçants des produits Brarudi et les administratifs à la base.

Ces derniers accusent les tenants des bistrots et les propriétaires des mini dépôts d’être à l’origine des spéculations sur le prix des produits Brarudi.

Les administratifs quant à eux sont accusés de faire un excès de zèle en infligeant des amendes exorbitantes aux propriétaires de bars.

« La pénurie des produits Brarudi est terrible actuellement. Les tenants de mini dépôts Brarudi affirment qu’ils ne reçoivent qu’un seul produit par semaine dans la zone de Ngagara, deux à trois semaines dans la zone de Kamenge », a un indiqué une personne qui a participé à la réunion.

« Ici les megas donnent soit l’amstel ou la primus. Ça fait plus de trois semaines que les mini dépôts ne reçoivent plus de limonade et les petits primus, les bock ainsi que les petits amstels », a signalé un propriétaire de bar.

Dans la même réunion, certains commerçants ont expliqué que la pénurie est liée à la réduction de la production par la Brarudi. Ce qui nourrit le phénomène de spéculation.

« Certains tenants de bistrots sillonnent les quartiers de la mairie de Bujumbura à la recherche de ces produits. S’ ils arrivent à s’en procurer, ils les achètent par bouteille pour enfin les revendre à un prix plus élevé » , ont signifié des propriétaires de bars.

Un bouteille amstel coûte actuellement entre 2200 à 2500 au lieu de 1900 francs burundais.
Le prix d’une primus varie entre 1800 et 2000 francs au lieu de 1500. Tous les autres produits ont aussi connu une hausse de prix sauf les limonades et la Royal qui ont gardé leur prix officiel.

L’administrateur de la commune de Ntahangwa a exigé le respect des prix officiels par les mini dépôts et les bistrots. Les contrevenants seront rayés de la liste des commerçants des produits Brarudi. Leurs dépôts seront définitivement fermés selon l’administrateur de la commune de Ntahangwa.

Cette mise en garde a été donnée deux semaines après le redéploiement des administratifs à la base pour superviser la distribution des produits Brarudi.

Certains tenants de bistrots et bars ont été sanctionnés par des amendes pour n’avoir pas respecté le prix officiel.

Malgré ces sanctions, les spéculations sur le prix de produits Brarudi n’ont pas cessé. L’intervention des autorités administratives n’a pas permis le respect des prix officiels tout simplement parce que les produits Brarudi manquent cruellement.

Previous Mambasa : plus de 80 morts, 19 mille déplacés et 6 structures sanitaires fermées au mois d’août
Next Makamba : l'administrateur de la commune de Kayogoro accusé de fraude