Makamba : plusieurs irrégularités relevées dans les élections des notables collinaires

Makamba : plusieurs irrégularités relevées dans les élections des notables collinaires

Plusieurs irrégularités ont été observées dans la mise en place des notables collinaires dans la province de Makamba (sud du Burundi). Parmi lesquelles : des bourrages des urnes, corruption des commissions électorales, interdiction de participation aux opposants ainsi qu’aux membres de l’ancienne armée burundaise, les ex FAB (Forces Armées du Burundi), dominée par des Tutsis. Des habitants demandent au chef de l’État, magistrat suprême, de s’impliquer pour que ces élections soient reprises pour donner accès à tout le monde. (SOS Médias Burundi)

Selon des habitants de la province de Makamba, sur plusieurs collines, les commissions électorales en collaboration avec l’administration ont aidé certains candidats à truquer les élections.

Par exemple, sur la colline de Kazirabageni, l’ex chef de zone de Kazirabageni de 2015 à 2020, Mohamed Kabura a été surpris avec 220 bulletins de vote sur lesquels était marqué son nom.

Ce dernier a été sommairement arrêté par la police locale mais l’administratrice de la commune de Nyanza-Lac, Marie Goreth Irankunda a ordonné sa libération.

Sur 932 électeurs inscrits, après le décompte, les bulletins étaient 1020 sans ajouter les 220 saisis, ce qui prouve la complicité de la commission électorale dans ces irrégularités observées, dénoncent des sources locales.

Selon nos sources , ce qui a étonné les habitants de cette colline c’est que cet ancien chef de zone n’a été ni puni ni rayé de la liste alors qu’il a été surpris en flagrant délit de fraude électorale.

D’autres irrégularités se sont observées sur la colline de Mugumure dans la zone de Muyange.

Le chef de cette colline prénommé Alberic a été interpellé pour avoir aidé son père à être élu parmi les notables.

Ce chef de colline a été gardé au cachot du commissariat communal de police pendant une nuit avant d’être relâché.

Dans la même zone de Muyange, sur la colline de Muyange, des tas de bulletins emballés ont été trouvés lors du dépouillement.

Sur plusieurs collines, les retraités militaires et policiers à majorité Tutsi, n’ont pas été permis de se faire élire alors qu’il n’y a aucune loi interdisant leur candidature.

On citerait le cas de la colline de Kinoso en zone de Kabuye , commune de Makamba. D’autres sources disent que certains noms ont été effacés au niveau de la commune alors qu’ils avaient été acceptés au niveau des collines.

Les prétextes de leurs exclusions étaient formulés au niveau des communes selon des sources concordantes.

Cela a été le même cas dans toutes les collines de la commune de Kayogoro, les militants du CNL n’ont pas eu accès à l’élection des notables collinaires. Sur 29 collines, ils ont pu se présenter sur 3 collines seulement : Mudatugwa, Nkaramanyenye et Buhema.

Les candidats du CNDD-FDD ont eu accès à cette élection sur toutes les collines.

Selon les habitants contactés, même les militants du CNDD-FDD qui remplissent les critères d’un notable digne n’ont pas tous été acceptés.

Cela divise même les membres du parti au pouvoir car certains des élus sont polygames ou corruptibles selon différentes sources.

Les habitants de plusieurs collines demandent au chef de l’État , magistrat suprême de suspendre ces élections pour que cette institution soit dotée d’hommes et femmes dignes de leur nom.

Les candidats appréciés par les résidents ont aussi été interdits de se présenter aux élections collinaires de 2020 pour avoir refusé d’adhérer au CNDD-FDD, en province de Makamba.

Les notables collinaires, au nombre de 15 par colline devraient prêter serment le jeudi 15 septembre et entrer en fonction le même jour. Mais l’événement a été ajourné sine die.

Ils vont remplacer la plus ancienne institution des Bashingantahe, des notables coutumiers investis sur chaque colline de la petite nation de l’Afrique de l’est.

Dans un tweet, le ministère en charge des affaires intérieures a affirmé que « les fonctions des Bashingantahe cesseront sur tout le territoire du Burundi dès la prestation de serment des membres des conseils des notables des collines/quartiers élus ».

Dans plusieurs provinces, des habitants et opposants ont dénoncé des irrégularités dans cette élection, accusant le parti présidentiel qui n’a jamais aimé la plus ancienne institution des Bashingantahe de vouloir « placer à tout prix des notables collinaires qui lui sont dévoués », ignorant les valeurs et qualités qui doivent les caractériser.

____________________

Photo : la province de Makamba

Previous Bisoro : trois personnes gravement blessées à la grenade
Next Mugina : des pluies torrentielles ont démoli une vingtaine de maisons et des champs