Burundi-Droits humains : la Ligue Iteka sort un bilan accablant sous l’ère Ndayishimiye

Burundi-Droits humains : la Ligue Iteka sort un bilan accablant sous l’ère Ndayishimiye

La Ligue Iteka, la plus ancienne organisation burundaise des droits de l’homme a sorti un rapport sur la situation des droits humains depuis l’accession au pouvoir du président Évariste Ndayishimiye. En seulement deux ans, l’organisation dénombre 1470 personnes tuées, plusieurs cas de disparitions forcées, de torture, d’arrestation arbitraire et de violation sexuelle. (SOS Médias Burundi)

Le rapport couvre la période du 30 juin 2020 au 31 août 2022. Son bilan est accablant.

« Ligue Iteka a pu dénombrer 1470 personnes tuées depuis l’accession de Ndayishimiye au pouvoir[…] », peut-on lire dans le rapport.

Il détaille que 956 personnes ont été assassinées par des gens non identifiés, 344 mortes dans des faits sécuritaires et 146 autres éliminées par des agents de l’Etat.

En plus des cadavres retrouvés, la plus ancienne organisation burundaise de défense des droits humains rapporte également 118 personnes enlevées ou portées disparues et 255 femmes et jeunes filles victimes de violences sexuelles.

Enfin, le rapport dénombre 160 cas de torture et 1452 autres d’arrestation arbitraire.

« […], les cadavres ont été découverts dans plusieurs localités du pays, mais la province de Cibitoke (nord-ouest du Burundi) vient en tête avec 49% des découvertes macabres avec 279 corps », précise la Ligue Iteka qui déplore l’inaction de l’ancien ministre en charge des affaires intérieures récemment nommé Premier ministre. Il est natif de la même province.

La Ligue Iteka qui travaille depuis l’exil maintenant, demande à l’Union Européenne de maintenir les sanctions ciblées contre le nouveau chef du gouvernement Gervais Ndirakobuca, sous sanctions de l’UE jusqu’à la fin de ce mois.

Les autorités burundaises ont toujours nié les allégations formulées par les organisations burundaises, régionales, continentales et internationales dans le domaine des droits humains, estimant que « la situation s’est beaucoup améliorée » et demandant à la communauté internationale de « les soutenir dans leurs efforts », ce que le président Neva a rappelé récemment dans son discours au siège de l’ONU à New-York.

Previous Beni : une nouvelle attaque des présumés ADF fait plusieurs morts à Rwenzori
Next Gitega : un policier a tué une personne à Bwoga