Burundi : hausse du prix des produits Brarudi

Burundi : hausse du prix des produits Brarudi

Depuis ce dimanche 16 octobre, le prix des produits Brarudi ( Brasserie et limonaderie du Burundi) ont été revus à la hausse. La majoration varie entre 200 et 700 cents francs burundais par bouteille. Des consommateurs dénoncent une hausse vertigineuse dans un pays où le pouvoir d’achat est sensiblement bas. Ils demandent au gouvernement de s’impliquer pour réguler les prix des produits Brarudi. (SOS Médias Burundi)

Le nouveau tarif a été annoncé dans un communiqué de la Brarudi ce dimanche.

« [..] toutes les boissons gazeuses seront désormais vendues à 1000 francs burundais.
La bière Nyongera et la petite primus se vendront à 1200 au lieu de 1000 francs burundais.
La grande primus quant à elle passe de 1500 à 1700 francs burundais au moment où la grande Amstel passe de 1900 à 2500 francs burundais. La petite va coûter 2100 au lieu de1500. Le prix de la a bière Royal est désormais fixé à 2600 au de 2200 francs burundais. Pour les amateurs de l’amstel bock, ils devront payer 2100 contrairement à 1400 francs burundais », peut-on interpréter dans le communiqué.

La nouvelle tarification des produits Brarudi est rendue publique après une vague de spéculation sur les produits de la plus grande et ancienne entreprise qui produit les boissons alcoolisées et limonades au Burundi.
Une pénurie récurrente et de grande envergure inquiétait les consommateurs ces derniers jours. Ils dénoncent pour l’heure une hausse vertigineuse du prix dans un pays où le pouvoir d’achat est sensiblement bas.

Des habitants de Bujumbura et des responsables de bars craignent le pire.

« La Brarudi a placé la barre très haut. Prenons l’exemple de la grande Amstel qu’est le type de produit régulateur de la vente des autres produits et la plus aimée par les consommateurs. Son nouveau prix est inaccessible pour le consommateur burundais », se désolent des tenants de bistrots.

Les semi grossistes quant à eux disent craindre que « nous ne soyons plus capables d’avoir des capitaux suffisants pour approvisionner nos dépôts ».

Des habitants demandent au gouvernement d’intervenir pour réguler le prix des produits Brarudi tout en considérant la situation socio-économique du pays.

Previous Photo de la semaine- Bubanza: cinq mille ménages expropriés demandent d'être relocalisés
Next Uvira- Fizi : plus de 870 Burundais transférés à Mulongwe