Karusi : Le ministère public demande une peine variant entre 10 à 20 ans pour deux leaders du parti CNL

Karusi : Le ministère public demande une peine variant entre 10 à 20 ans pour deux leaders du parti CNL

Cette peine a été requise ce vendredi après la comparution de Nathan Barampama, président du parti Congrès National pour la Liberté dans la province de Karusi (Centre-Est du pays) et Gilbert Ndihokubwayo, membre du CNL employé de l’Office Burundais des Recettes (OBR), devant le Tribunal de Grande Instance de Karusi.

Ils sont accusés d’actes de terrorisme contre les autorités de la province et des communes à travers des messages disséminés sur les réseaux sociaux. Ces messages auraient été adressés au gouverneur, à des administrateurs de communes , au responsable provincial du CNDD-FDD et celui des Imbonerakure pour leur demander de cesser les actes d’intimidation et d’intolérance politique à l’endroit des membres du CNL.

Nathan Barampama  et Philbert Ndihokubwayo appuyés par leurs avocats ont rejeté en bloc ces accusations. Ils ont démontré que le numéro suspecté a été utilisé à partir de l’Afrique du Sud et qu’il est toujours fonctionnel.

Le ministère public a requis une peine de 10 ans et le paiement d’une amende de 500.000 FBu contre M. Barampama et une peine de 20 ans et une amande d’un million de FBu pour M.Ndihokubwayo.

L’affaire a été mise en délibéré. M. Barampama a été interpellé le 25 mai et Philbert Ndihokubwayo, le 26 juin.

Previous Rumonge : quatre militants du parti CNL blessés et une permanence vandalisée
Next Nduta (Tanzanie) : plus de 600 abandons scolaires au camp de réfugiés en une année