Gihanga (Bubanza) : un élu collinaire interpellé après la destruction d’une permanence du CNL

Gihanga (Bubanza) : un élu collinaire interpellé après la destruction d’une permanence du CNL

Vers 23 heures hier, le chef collinaire du village 2 de la commune de Gihanga (province de Bubanza, Ouest du pays) et un groupe d’Imbonerakure (jeunes du parti CNDD-FDD) ont été pris en flagrant délit de destruction d’une permanence du Congrès National pour la Liberté (CNL) située au Village 2, rapportent différentes sources. (SOS Medias Burundi)

Le chef collinaire appréhendé par des militants du CNL et remis depuis à la police portait au moment des faits un imperméable de la PNB (police burundaise). Les Imbonerakure et leur chef qui l’accompagnaient ont pris la fuite.

Les responsables locaux du CNL craignent une libération rapide de l’administratif car disent-ils, « des membres du CNDD-FDD vont et viennent et discutent avec l’officier de police judiciaire en charge de l’affaire ».

En moins de quatre mois, le nombre de permanences de l’opposition détruites ou vandalisés s’élève à sept sur la seule commune de Gihanga.

Previous Mabayi (Cibitoke) : Huit autres corps de militaires burundais retrouvés
Next Ngozi : dix ans de prison pour des membres du parti CNL

About author

You might also like

Politique

Burundi: la CFOR-Arusha dénonce le démantèlement de l’accord d’Arusha par le gouvernement de Gitega

La Coalition des Forces de l’Opposition « CFOR Arusha » estime que la nomination des membres du gouvernement par le nouveau président de la République après consultation du premier ministre et du

Politique

La décision d’annuler six projets de la Banque mondiale est consensuelle selon le ministère des finances

La Banque mondiale a notifié au ministre des finances une décision d’annulation de six projets qu’elle devrait financer. Le porte-parole du ministère des finances dit que la «décision de la

Politique

Burundi-Presse : HRW et CPJ appellent à la libération des journalistes d’Iwacu

Quatre journalistes du groupe de presse Iwacu comparaîtront ce mercredi. Ils ont interjeté appel contre une peine d’emprisonnement de deux ans et demi. Peine qu’ils purgent depuis octobre dernier. Le