Burundi-Élections: l’Initiative pour les droits humains au Burundi (IDHB) dénonce l’inertie de la communauté internationale face aux crimes commis

Burundi-Élections: l’Initiative pour les droits humains au Burundi (IDHB) dénonce l’inertie de la communauté internationale face aux crimes commis

Elle l’a dénoncé dans un communiqué sorti ce lundi. Cette organisation parle de l’ « inertie de l’opinion internationale alors que des tensions électorales se durcissent au Burundi ». ( SOS Médias Burundi)

Cette initiative fait savoir qu’elle a documenté plusieurs meurtres de membres du principal parti d’opposition CNL, commis par des jeunes Imbonerakure notamment pendant la période de campagne électorale qui s’est clôturée hier.

Pour elle, les déclarations du porte-parole de la police, Pierre Nkurikiye, accusant le CNL de 95% des incidents de violence ne son ni crédibles, mais aussi, elles révèlent un manque flagrant de neutralité de la part de la police nationale.

« L’inertie des acteurs internationaux est choquante. Combien d’autres personnes doivent être battues à mort ou enfermées arbitrairement avant que les gouvernements ne se réveillent et prennent des mesures ? Il sera beaucoup plus difficile de freiner la violence après les élections», déplore Lane Hartill de l’IDBH.

L’initiative trouve que les déclarations publiques des politiques devraient aller au-delà des expressions tièdes de préoccupation ou d’un langage convenu concernant des élections libres et équitables. « Elles devraient condamner sans équivoque la violence politique et exhorter les dirigeants des partis à réclamer des comptes à leurs membres », lit-on dans le communiqué.

Cette initiative a également appelé les gouvernements et les organisations régionales à engager des discussions franches avec les deux principaux candidats à la présidentielle.

Previous Élections-2020: la diffusion des tendances soumise à l'autorisation du CNC
Next Bubanza : 6 mois de prison pour des opposants