Une militante du CNL arrêtée par les renseignements


Claire Ndoricimpa a été interpellée hier. Cette responsable du mouvement des femmes du CNL dans la localité de Nyabugete, en zone de Ruziba( sud de Bujumbura) a été appréhendée par Salvator Horihoze, responsable du service national de renseignements dans la ville de Bujumbura, rapportent des témoins. (SOS Médias Burundi)

Elle se rendait au marché de Ruziba où elle exerce le commerce de Ndagala( petits poissons) quand elle a été interceptée par Salvator à quelques mètres de sa maison, raconte un témoin oculaire de la scène.

Selon un de ses proches, le lieu de détention de la militante n’a pas été communiqué à la famille.
Quelques heures après la proclamation provisoire du triple scrutin du 20 mai 2020, elle avait envoyé dans un groupe WhatsApp un enregistrement audio dans lequel elle faisait part des ses inquiétudes quant à la sécurité des membres du CNL. Elle avait demandé à l’hiérarchie de son parti de distribuer des armes à ses militants ou leur laisser descendre dans la rue pour occuper les axes principaux qui relient la capitale économique à d’autres provinces afin de se protéger. Elle affirmait aussi que des armes avaient été distribuées à des membres du CNDD-FDD dans sa localité.
Cette mère de six enfants était mandataire du CNL à Ruziba.
Sa famille exige sa libération. Selon Pacifique Nininahazwe, activiste de droits humains « des groupes WhatsApp des militants du CNL ont été infiltrés par des policiers et collaborateurs des renseignements qui renseignent sur tous les messages qui s’échangent et rapportent l’ identité des membres à la police et aux renseignements ».