Bubanza-Bururi: des adeptes de Zebiya Ngendakumana en détention

Bubanza-Bururi: des adeptes de Zebiya Ngendakumana en détention

Ils ont été arrêtés lundi premier juin en commune de Musigati ( province de Bubanza, ouest du Burundi) et dimanche 31 mai en commune et province de Bururi ( sud). Zebiya Ngendakumana est depuis 2010 à la tête d’une secte rendant culte à la sainte Vierge Marie. (SOS Médias Burundi)

En tout, ils sont huit , quatre femmes et quatre hommes à être incarcérés dans les cachots de la police . Ils y ont été conduits après avoir refusé de signer » un acte d’engagement » préparé par les autorités.

À Bubanza, l’acte d’engagement qu’ils ont refusé de signer leur exigeait le respect des droits des enfants à l’éducation, à la santé, à la vaccination et de ne plus dépasser les frontières du pays.

Selon des témoins, ceux qui ont opposé un refus catégorique à signer ont été immédiatement arrêtés.
« Ils ont refusé et ont entonné un chant de messe. L’administration de la commune de Musigati où ils étaient installés pour suivre une formation patriotique a juré qu’il fallait user de la force pour les intégrer dans la communauté. C’est ainsi que quatre leaders de ces adeptes ont été interpellés et acheminés au commissariat de province », racontent des témoins. Les concernés sont quatre hommes.

Les autres membres du groupe ( au nombre de 260) ont été envoyés sur les collines de Masare et Kiziba, dans la même commune sur ordre du gouverneur.

À Bururi au sud du pays, quatre autres femmes de la même secte ont été appréhendées sur ordre du gouverneur de cette province.

Elles sont détenues au cachot de la police locale depuis deux jours pour avoir refusé de signer l’ acte d’engagement.

Selon nos sources, l’acte auquel elles se sont opposées à signer interdit le culte initié par la prophétesse Ngendakumana. Il leur est demandé également de faire enregistrer leurs enfants à l’État civil ainsi qu’à les faire vacciner. Ce qu’ils ne veulent pas mettre en application.
Fin avril dernier, les adeptes de la prophétesse de Businde ont été envoyés dans leur province d’origine après plus d’un mois qu’ils ont passé dans le centre de transit en province de Rumonge ( sud-ouest du Burundi).

Estimés à 1600, ils venaient d’être refoulés par la RDC voisine plus d’un mois avant. Zebiya Ngendakumana considérée par les autorités burundaises comme » incitatrice à la désobéissance civile » vit en cachette depuis plus de cinq ans. En 2015 ,en marge de la crise politique qui a secoué le Burundi, ses adeptes ont fui vers le Congo. Ils disaient et continuent d’affirmer que « leur sécurité est en danger » sur le territoire burundais.

Previous L’AFFAIRE - Les « cadeaux » du gouvernement burundais aux groupes rebelles du Sud-Kivu
Next Burundi- Élections : le mouvement Tournons la Page appelle la Cour Constitutionnelle à se dépasser

About author

You might also like

réfugiés

Nduta (Tanzanie) : la malnutrition fait parler d’elle dans le camp de réfugiés burundais

Plus de quatre-vingt cas d’enfants de moins de cinq ans souffrant de malnutrition ont été enregistrés dans le seul mois d’octobre 2020 au camp de réfugiés burundais de Nduta en

Société

Burundi : le chef de l’État demande le concours de l’église catholique pour un développement durable

Entouré des évêques des différents diocèses du Burundi, monseigneur Simon Ntamwana , archevêque de Gitega a prêché le pardon mutuel et la réconciliation. C’était ce samedi en marge de la

Société

Thérence Sinunguruza, l’ancien vice-président est mort

M. Sinunguruza s’est officiellement éteint hier à son domicile dans un quartier du nord de la capitale économique Bujumbura. Il est mort après une courte maladie selon ses proches.( SOS