Gitega : la mort de Pierre Nkurunziza a stupéfié la population


Gitega – Juste après la publication du communiqué de décès du chef de l’État, les commerçants du marché central de Gitega (capitale politique du Burundi) ont fermé plutôt que prévu. (SOS Médias Burundi)

Cette situation est anormale à Gitega. Des mécaniciens, soudeurs et coiffeurs du quartier de Nyamugari (centre ville) ont cessé leurs activités.

Les bistrots généralement très fréquentés sont tous vides d’après des témoins. « C’est comme si nous retenions tous notre souffle, nous ne savons pas de quoi seront faits les prochains jours », commente l’un d’eux.

Des patrouilles

La police patrouille plus que d’ordinaire et de façon désordonnée dans les quartiers de la ville-capitale alors que de petits groupes se forment timidement. Tous échangent des informations et échafaudent même des scénarios pour le Burundi après la mort de leur président alors qu’il était encore en exercice.

Questions constitutionnelles

Des habitants de Gitega se demandent s’il y aura une transition ou pas. D’autres pensent que des mesures exceptionnelles peuvent être prises afin de gérer une situation inattendue.

Questions sur la mort du président

Des commerçants rencontrés et contactés se disent dubitatifs quant à la version de l’arrêt cardiaque sur laquelle le porte parole du gouvernement a communiqué. Certains d’entre eux avancent un décès consécutif au Coronavirus.

Des habitants pensent que le président Nkurunziza a été contaminé par son épouse qui se trouve actuellement en soins intensifs à Nairobi au Kenya. Ils évoquent leur inquiétude face « au sort des populations misérables avec la pandémie ».

Tous se mettent d’accord pour réclamer « la vérité concernant la mort du président Nkurunziza ».