Mort du président Nkurunziza : Bujumbura « comme un jour normal » (témoignages)

Mort du président Nkurunziza : Bujumbura « comme un jour normal » (témoignages)

La population de Bujumbura vaque à ses activités habituelles. Il n’y a que les drapeaux en berne – et pas partout – pour nous rappeler le deuil du pays au lendemain de l’annonce du décès de Pierre Nkurunziza. (SOS Médias Burundi)

Comme l’a remarqué notre reporter, « la capitale économique fonctionne comme un jour normal. La circulation est restée intense, les commerces et les bistrots sont ouverts ».

Drapeaux restés hissés

Les drapeaux burundais dans les lieux publics ont été mis en berne, sauf dans certaines institutions. Ils sont restés hissés comme au secrétariat général du gouvernement et au ministère de l’intérieur qui n’ont visiblement pas répondu à l’appel lancé pourtant par gouvernement burundais.

Dans les ambassades de France, des Pays-Bas, de la Belgique et de la représentation de l’Union Européenne, la consigne a été respectée. Toutefois, la représentation russe ne s’y est pas conformée.

« Les mouvements de l’armée et de la police sont comme d’habitude. Au mess des officiers et à l’État major, tout semble se dérouler comme les autres jours », commente un de nos observateurs.

Lire également : Mort de Pierre Nkurunziza : les réactions à BujumburaGitega : la mort de Pierre Nkurunziza a stupéfié la population

Previous Mort de Pierre Nkurunziza : les réactions à Bujumbura
Next Denise Nkurunziza est rentrée du Kenya (témoins)

About author

You might also like

Société

Gitega : une pénurie d’eau potable affecte des habitants

Depuis une semaine, plusieurs quartiers de la ville de Gitega la capitale politique du Burundi ne sont pas alimentés en eau potable. Des ménages sont obligés d’acheter de l’eau sur

Société

Gitega: trois semaines après son enlèvement ,Rémy Niyonsaba a été retrouvé à la prison de Bujumbura

Rémy Niyonsaba a été aperçu dans la prison centrale de Mpimba à Bujumbura ( capitale économique du Burundi). Enseignant à l’ECOFO( école fondamentale ) de Ruhanza dans la commune de

réfugiés

Nduta (Tanzanie) : la malnutrition fait parler d’elle dans le camp de réfugiés burundais

Plus de quatre-vingt cas d’enfants de moins de cinq ans souffrant de malnutrition ont été enregistrés dans le seul mois d’octobre 2020 au camp de réfugiés burundais de Nduta en