Bunyoni, Premier ministre : un très mauvais signe selon Human Rights Watch

Bunyoni, Premier ministre : un très mauvais signe selon Human Rights Watch

Alain Guillaume Bunyoni a prêté serment en tant que Premier ministre ce mercredi. Human Rights Watch commentant cette nomination, redoute « une poursuite du programme de répression ». (SOS Médias Burundi)

Dans une interview accordée à SOS Médias Burundi, Lewis Mudge, le directeur Afrique centrale de Human Rights rappelle que sous les ordres de M. Bunyoni, des policiers et militaires ont persécuté des opposants. Le nouveau chef de gouvernement fait l’objet de sanctions de la part des États-Unis, ajoute-t-il.


Human Rights Watch et d’autres chercheurs ont documenté ce que fut la répression et les violences à l’égard des civils réels ou supposés opposants du parti au pouvoir, le CNDD-FDD. Ces abus ont été commis – pour la plupart – par les forces de sécurité et la ligue Imbonerakure.

Lewis Mudge, directeur Afrique centrale à Human Rights Watch

À cette époque, Alain Guillaume Bunyoni était effectivement ministre de la sécurité publique et chef de la police nationale. « C’est à dire à la la tête du système responsable de la répression », dénonce M. Mudge

Previous Camp de Mahama : une vie en harmonie
Next Fil Info: Funérailles Nkurunziza

About author

You might also like

Élections 2020

Makamba: les taxis motards contraints de participer à la campagne électorale du CNDD-FDD

Les motards du chef-lieu de la province de Makamba (sud du Burundi) disent être exaspérés par la mesure de leurs responsables qui les contraignent à participer à la campagne électorale

Politique

Un troisième cas de coronavirus déclaré

Le ministre de la santé a annoncé ce jeudi soir un troisième cas de coronavirus. Il s’agit d’une jeune femme de 26 ans. Cette dernière vivait avec l’un des premiers

Politique 0 Comments

Buhiga (Karusi) : Un membre du CNL incarcéré

Cléophas Nkurunziza, président du CNL dans la zone de Rutonganikwa de la commune de Buhiga a été interpellé vendredi dernier par des Imbonerakure qui l’ont remis à un officier de