Burundi-RDC: la société civile craint une propagation du Covid-19


Des mouvements de Burundais et Congolais sont observés dans la ville d’Uvira( province du sud Kivu à l’est de la RDC). Ils sont constitués majoritairement de commerçants qui s’approvisionnent dans la capitale économique Bujumbura. La majorité passe par la rivière Rusizi qui sépare le Burundi et la RDC au moment où d’autres empruntent des postes frontaliers clandestins. La société civile dans cette partie de la RDC craint une propagation du Covid-19. (SOS Médias Burundi)

Selon un Congolais qui a l’habitude de se rendre dans la ville de Bujumbura, il y a des passeurs chargés de faire traverser la frontière les individus qui se rendent à Bujumbura et Uvira.
« Il y a des passeurs qui ne font que ce genre de boulot. Ils sont postés à Kiliba, Sange et Luvungi. Pour traverser, chaque personne doit payer une somme de quarante mille francs burundais », raconte-t-il.

Des Congolais qui rentrent de Bujumbura paient l’équivalent en francs congolais.
À part ces commerçants qui passent par des frontières clandestines, il y a des Burundais qui exercent de petits métiers en RDC et qui empruntent la frontière officielle de Kavimvira. Certains d’entre eux indiquent qu’ils sont obligés de monnayer les agents d’immigration des deux pays pour passer.

« Chacun doit payer cinquante mille francs congolais. Les agents d’immigration burundais et congolais se partagent le montant. Ils attendent 18h30 pour nous faire traverser la frontière », confirment-ils.

Les représentants de la société civile à Uvira demandent aux autorités des deux pays de mettre fin à « ces mouvements clandestins ». Ils disent craindre une forte propagation du Coronavirus dans cette période où il fait parler de lui dans la ville de Bukavu ( sud Kivu) et au Burundi.