Burundi-diplomatie: les représentants des agences des Nations-Unies prêts à accompagnés les actions du gouvernement

Burundi-diplomatie: les représentants des agences des Nations-Unies prêts à accompagnés les actions du gouvernement

Le ministre des affaires étrangères et de la coopération au développement souligne que la pandémie de Coronavirus est l’un des défits majeurs auxquels le Burundi fait face. Il l’a déclaré ce mardi lors d’une rencontre de prise de contact avec les représentants de différentes agences des Nations Unies. Le chef de la diplomatie burundaise les a appelés à intégrer les priorités du gouvernement du Burundi dans leur plan d’actions. Le coordonnateur résident du système des Nations-Unies au Burundi a quant à lui, au nom de tous les membres de cette organisation, promis un engagement d’ accompagner le Burundi. (SOS médias Burundi)

Albert Shingiro, le nouveau ministre de la coopération a fait savoir que la COVID-19 pèse de tout son poids sur tous les secteurs de la vie socioéconomique du Burundi, « malgré le nombre de cas confirmés encore limité ».

Appréciant l’initiative déjà prise par l’équipe onusienne, il a insisté qu’il est temps de normaliser les relations avec les partenaires de son pays.

« Il est l’heure d’ouvrir la porte aux nouveaux partenaires qui voudront développer les relations mutuellement bénéfiques avec le Burundi », a indiqué Albert Shingiro dans son discours.

Il a appelé les représentants des agences du système des Nations-Unies à accompagner le Burundi dans ses efforts pour lutter contre le Coronavirus.

M.Shingiro leur a recommandé de revisiter leur plan de réponse humanitaire 2020 afin d’intégrer les besoins liés à la pandemie.

Le changement climatique cité comme défit majeur

Lors de cette première session d’échange avec l’équipe onusienne, les invités ont été sollicités à aider le Burundi dans la lutte contre les désastres naturelles.

« Le Burundi est particulièrement concerné par le changement climatique dont les manifestations violentes sont des inondations et glissements de terrains qui font plus de dégâts ».

Garry Conille, coordonateur résident du système des Nations-Unies au Burundi a salué cette première rencontre depuis trois ans.

Dans son discours, il a rassuré au ministre burundais que l’équipe onusienne a la volonté de redémarrer la coopération.

Selon lui, ce qui a manqué est « la cohésion entre différents secteurs ».

« Nous ésperons que c’est le début d’une série d’échanges qui permettra de démontrer clairement à la population les dividendes démocratiques », a-t-il espéré.

_____________________

Photo: au milieu, le ministre en charge de la coopération et le représentant du système des Nations-Unies entourés des cadres du ministère de la diplomatie et des représentants des agences des Nations-Unies au Burundi

Previous Mulongwe: des réfugiés tentent de fuir suite à la famine
Next Gitega : la police dit avoir démantèle un groupe de bandits