Photo de la semaine : deux bateaux détruits à Rumonge

Photo de la semaine : deux bateaux détruits à Rumonge

La marine militaire du Burundi a détruit jeudi dernier deux bateaux. Ils venaient des eaux congolaises et les pêcheurs qui étaient à bord ont été soupçonnés de collaborer avec des « assaillants ». (SOS Médias Burundi)

C’est Venant Bibonimana, commandant de la marine militaire qui a ordonné la destruction des deux bateaux, selon nos sources.

Ils ont été brûlés en présence de pêcheurs sur les rives du lac Tanganyika.

Des pêcheurs ont indiqué à SOS Médias Burundi que les occupants venaient de passer quelques jours dans les eaux congolaises avant que leur patron ne les rappelle.

À leur arrivée, ils ont été interpellés et conduits au commissariat provincial de la police.

Ils ont été suspectés de collaborer avec des hommes armés et de les aider à traverser le lac Tanganyika.

Depuis le 23 août dernier, au moins 16 civils et 11 « assaillants » ont été tués dans des affrontements entre des hommes armés en provenance de la RDC et les forces de l’ordre dans les communes de Burambi et Bugarama( province Rumonge, sud-ouest du Burundi) ,selon nos estimations.

Previous Bujumbura : six ressortissants de la commune de Mugamba relâchés après une brève détention
Next Mwaro: un retraité ex-FAB tué sauvagement

About author

You might also like

Photo de la semaine

Photo de la semaine : des inondations détruisent des maisons

Depuis plus d’une semaine, au moins 28000 personnes ont quitté leur ménage en zone de Gatumba ( ouest du Burundi) suite au débordement de la rivière Rusizi qui a tout

Photo de la semaine

Photo de la semaine : disparition de Pierre Nkurunziza

Le président burundais s’est (officiellement) éteint lundi dernier. Il allait fêter ses 56 ans en décembre prochain. P. Nkurunziza a régné sur le Burundi durant 15 ans. Il est décédé

Photo de la semaine

PHOTO DE LA SEMAINE: des réfugiés burundais demandent à l’ONU une relocalisation dans un autre pays

Les représentants des réfugiés burundais ont écrit samedi dernier au secrétaire général des Nations-Unies, au haut commissaire pour les réfugiés et au directeur exécutif de Human Rights Watch. Ils disent