Cibitoke: une centaine de personnes interpellées après des fouilles à Rugombo et Buganda


Plus de cent personnes ont été arrêtées aux chefs-lieux des communes de Rugombo et Buganda dans la province de Cibitoke( nord-ouest du Burundi) depuis deux semaines. Des agents de la police fouillent des ménages, après ils interpellent des individus qui n’ont pas de « carte d’identité nationale ». Mais derrière ces fouilles se cache le racket que les habitants dénoncent. (SOS Médias Burundi)

Selon nos sources, plus de cent personnes ont été appréhendées par des policiers qui collaborent avec l’armée burundaise.

Les individus interpellés sont accusés de n’avoir pas de carte d’identité mais les habitants dénoncent les pots de vin souvent sollicités par les policiers lors des opérations de fouille.

« Les fouilles s’accompagnent toujours d’arrestations. Les personnes qui ne disposent pas de carte d’identité doivent être appréhendées. Ce sont des interpellations abusives », raconte un habitant de la colline de Gasenyi, en commune de Buganda.

Des habitants dénoncent des policiers qui, selon eux volent lors des opérations de fouille.

« Ils ne viennent pas seulement pour fouiller. Ils volent de l’argent et des biens ménagers », regrettent des habitants de Rugombo qui se sont confiés à SOS Médias Burundi.

Par ailleurs, les habitants soupçonnent des fouilles qui seraient liées à des rumeurs qui font état des infiltrations des hommes armés dans les deux communes en provenance des pays voisins comme la RDC et le Rwanda.

Le commissaire provincial de la police réfute ces accusations.

Jean Baptiste Bigirindavyi rappelle que la police travaille jour et nuit pour le bien être de la population burundaise en général.

Il invite la population à collaborer avec les forces de l’ordre et dénoncer tout acte jugé abusif de la part des policiers.