Burundi: cinq policiers condamnés à des peines allant de 5 à 20 ans de prison


Ils ont été condamnés par la cour d’appel de Ntahangwa( nord de la ville de Bujumbura) hier. Les cinq policiers ont été reconnus coupables de « coups et blessures » sur deux individus dont un qui en est mort. Ils ont écopé des peines variant entre 5 et 20 ans de réclusion criminelle. (SOS Médias Burundi)

Parmi les 5 agents de la police condamnés figure un officier. C’est l’ancien responsable de la position policière de Rusarenda, en commune de Mbuye dans la province de Muramvya. Ils ont été accusés par le ministère public de « coups et blessures » ayant entraîné la mort d’un certain Prosper Majambere, un habitant de la localité.

L’individu avait été tabassé à mort par des policiers dans la nuit du 26 septembre dernier. Lui et son ami Salvator Nduwarugira ont été accusés par des policiers de consommer du chanvre. Malgré l’insistance des habitants, les policiers incriminés ont refusé de remettre les deux individus à la justice et ont décidé de les tabasser, disent des sources locales.

Lors de l’audience de ce mercredi, l’officier a rejeté les accusations qui pèsent sur lui. « Les deux hommes ont été battus par des policiers en patrouille et des membres du comité mixte de sécurité. Moi je n’étais pas présent », s’est-il défendu.

Ses quatre coaccusés l’ont pourtant chargé. Ils ont tous confirmé qu’il a lui-même participé au passage à tabac des deux hommes.

Le représentant du ministère public a requis contre les cinq accusés une peine de 20 ans de prison ferme et le paiement d’une amende de cent mille francs burundais pour chacun.

La partie civile a quant à elle exigé un montant de cinq cents milliards de francs burundais comme frais de dédommagement.

Après délibération, la cour d’appel a condamné à 20 ans de prison l’officier, à 15 ans de prison trois autres policiers dont un brigadier et à une peine de 5 ans d’emprisonnement un autre agent. Les juges de la cour d’appel de Ntahangwa en itinérance à Muramvya ont également obligé aux accusés de verser un dédommagement collégial de deux cents millions de francs burundais à la famille de feu Prosper Majambere ainsi que dix millions à Salvador Nduwarugira, en plus d’un payement de cent mille francs burundais d’amende pour chacun.

Tous les cinq policiers appartiennent au quatrième groupement mobile d’intervention ( GMIR-Gitega). Ils avaient été déployés dans la localité après le passage d’hommes armés dans cette région proche de la réserve naturelle de la Kibira.