Makamba: des entraînements paramilitaires des Imbonerakure inquiètent les habitants


Les jeunes Imbonerakure du parti au pouvoir intensifient des entraînements paramilitaires et patrouilles dans la province de Makamba (sud du Burundi) ces derniers jours. Le mot d’ordre aurait été donné par leur responsable au niveau national en début de la semaine dernière, selon des témoins. La réunion qui a tout déclenché a eu lieu sur la colline inhabitée de Samvura en commune de Mabanda. Des habitants disent être effrayés.( SOS Médias Burundi)

Selon des sources parmi les Imbonerakure qui ont pris part la réunion de lundi, leur représentant au niveau national les a appelés à se remettre encore une fois au « travail ».

« De ses propres mots, il a dit: vous devez vous mettre au service du maintien de la sécurité comme à l’accoutumée. Le pays a été envahi par des rebelles. Vous devez donc faire des patrouilles diurnes et nocturnes. Chaque suspect doit être arrêté », ont témoigné des Imbonerakure à SOS Médias Burundi.

Et d’ajouter, « il a promis de donner trois fusils par colline, pour bien mener la mission ».

Selon des habitants de Mabanda, les Imbonerakure qui avaient participé à la réunion sont descendus dans les rues après la séance.

« Après la réunion, les jeunes Imbonerakure sont descendus de la colline de Samvura qui est très proche du chef-lieu de la commune de Mabanda , telles des abeilles. Ils étaient couverts de paille et de branches d’arbres. Ils scandaient des slogans hostiles à des opposants en exil et au général Godefroid Niyombare, responsable du coup d’État raté de 2015. Ils ont sillonné nos quartiers pendant au moins une heure. Nous avons été terrifiés au point de fuir », racontent des habitants du chef-lieu lieu de Mabanda. Depuis, plusieurs sources locales dans différentes localités de Makamba affirment que des patrouilles et entraînements paramilitaires des jeunes du parti au pouvoir se sont intensifiés.

Le week-end dernier, des dizaines de jeunes Imbomerakure sont descendus dans les rues du chef-lieu de la province. Ils ont également menacé des « opposants » et « putschistes » dans leurs slogans. Les entraînements paramilitaires et patrouilles des jeunes Imbomerakure avaient cessé depuis l’arrivée au pouvoir d’Évariste Ndayishimiye. Mais depuis fin août dernier, des autorités appellent de plus en plus ces jeunes que le CNDD-FDD considère comme « pilier du développement à reprendre des patrouilles ». Le premier à l’avoir fait est le ministre en charge de la jeunesse.
C’était en province de Kayanza ( nord ) lors de la journée dédiée aux Imbomerakure. Ézéchiel Nibigira par ailleurs ancien représentant national des Imbonerakure les a appelés à « se lever et être vigilants et prêts » défiant ainsi le nouveau gouverneur de province qui avait annoncé qu’aucun civil ne participerait dans des patrouilles, une activité réservée à des agents des forces de l’ordre seulement et aux militaires dans une certaine mesure, selon lui. Mais le ministre avait estimé que « nous ne pourrons jamais avoir assez de policiers et militaires ménage par ménage ».

__________________

Photo( Archives): des jeunes Imbonerakure en marge de la journée dédiée au combattant au stade de Rugombo en 2017