Karusi : un responsable provincial du FNL en détention depuis fin octobre


Ezéchiel Ndayisenga, responsable du FNL dans la province de Karusi( centre-est du Burundi) est détenu dans le cachot du commissariat provincial de la police depuis le 29 octobre dernier. L’homme n’a jusqu’ici été présenté à un juge ou un OPJ( officier de la police judiciaire). Des proches qualifient la détention d’illégale et exigent sa libération. (SOS Médias Burundi)

Jeudi 29 octobre 2020, Ézéchiel Ndayisenga a été transféré dans les cachots du commissariat provincial de la police à Karusi où il est incarcéré.

Deux jours avant, il avait été appelé par des agents du service national de renseignements dans la capitale économique Bujumbura. Il a été convoqué avant d’être interpellé à son arrivée à Bujumbura.

Des membres de sa famille dénoncent une incarcération « prolongée et arbitraire ». Ils disent aussi que son dossier est vide.
« Il n’a jamais comparu ni devant l’OPJ ni devant le magistrat », disent des proches qui estiment par ailleurs que sa détention de plus de 20 jours est illégale. « Nous demandons sa libération », renchérit un membre de la famille.

Au Burundi, le code pénal stipule qu’aucun individu ne peut dépasser deux semaines dans un cachot de la police ou d’une entité administrative.

Ezéchiel Ndayisenga est parmi les représentants provinciaux du FNL qui avaient signé sur une pétition qui avait l’objectif de destituer Jacques Bigirimana, président de ce parti. L’éternel allié du CNDD-FDD a répondu à Pacifique Nininahazwe, un activiste burundais qui avait alerté sur enlèvement de M. Ndayisenga qu’il est poursuivi pour « faux et usage de faux ».
Une source policière locale affirme que l’homme est détenu pour s’être « rebellé contre Bigirimana ».