Ituri (RDC) : enrôlement des enfants dans des groupes armés à Irumu, une ONG locale lance l’alerte

Ituri (RDC) : enrôlement des enfants dans des groupes armés à Irumu, une ONG locale lance l’alerte

La Convention pour le Respect des Droits Humains (CRDH), indique être au courant de plusieurs cas d’enfants âgés de moins de 18 ans qui ont été enrôlés de force dans les groupes armés actifs en chefferie de Walese Vonkutu dans le territoire d’Irumu en privince de l’Ituri (Est de la RDC). Elle demande au gouvernement congolais de tout faire pour sauver ces enfants. (SOS Médias Burundi)

Le coordinateur de cette organisation en Ituri, antenne d’Irumu Christophe Munyanderu appelle le gouvernement congolais et ses partenaires à réagir dans l’urgence afin de sauver les enfants dans cette région où les groupes armés sont très actifs. « Plusieurs enfants sont déjà enrôlés dans les groupes armés. Les causes sont multiples. Il y en a qui ont perdu les parents suite à la guerre, d’autres ne sont pas scolarisés, ce qui les expose à la consommation abusive des boissons fortement alcoolisées. Pour survivre, certains jugent nécessaire d’adhérer aux groupes armés », explique-t-il.

Selon l’ONG, une quinzaine d’enfants qui avaient intégré les Maï-Maï se sont récemment rendus aux autorités. Ils ont été réintégrés dans la communauté grâce à l’appui de deux organisations locales. M. Munyanderu conseille aux parents de convaincre leurs enfants pour ne pas rejoindre les groupes rebelles.

Il demande aux autorités de la RDC de promouvoir l’éducation des enfants pour lutter contre ce fléau.

Le territoire d’Irumu est l’une des parties de la RDC qui comptent plusieurs groupes armés, locaux et étrangers.

________________

Photo : des enfants soldats congolais, DR

Previous Cibitoke : une femme tuée par son mari à Murwi
Next Ngozi : un militant du CNL détenu dans le cachot du commissariat provincial

About author

You might also like

Droit de l'Homme

Burundi: la CVR dit avoir découvert plus de douze mille six cents restes humains

La Commission Vérité et Réconciliation affirme avoir exhumé 12.643 ossements des personnes massacrées lors de différentes crises, essentiellement celle de 1972. Le président de la commission a présenté hier le

Droit de l'Homme

« Halte au troisième mandat » alerte sur la situation des droits de l’Homme au Burundi (communiqué)

Ce dimanche 26 avril marque le début – il y a 5 ans – des manifestations contre le troisième mandat du président Pierre Nkurunziza. Le mouvement « Halte au troisième mandat »

Droit de l'Homme

Burundi : la vérité sur la crise de 1972 privilégiée, la CVR explique

La commission vérité et réconciliation (CVR) présentait hier après-midi son rapport annuel devant les deux chambres du parlement. Son président Pierre Claver Ndayicariye a reconnu que c’est la vérité sur