Gitega : le CNL dénonce le favoritisme et l’impunité

Gitega : le CNL dénonce le favoritisme et l’impunité

Dimanche dernier, les militants du parti CNL dans la commune de Gitega la capitale politique ont célébré le deuxième anniversaire de l’agrément de ce parti. Léopold Ntatama, son responsable local a déploré l’exclusion dont sont victimes les militants du parti dans le secteur de l’emploi ainsi que plusieurs abus dont ils sont victimes. Ce responsable du parti CNL a également pointé du doigt les autorités issues du parti au pouvoir, le CNDD-FDD, les accusant de népotisme. (SOS Médias Burundi)

Léopold Ntatama a notamment parlé de destruction des permanences du parti sans qu’aucun auteur ne soit puni. « Nos permanences sur les collines de Rutoke, Jimbi, Kibiri et Mubuga dans la commune et province de Gitega ont été vandalisées. Nous avons porté plainte contre les auteurs, mais rien n’a été fait. Ils circulent librement sans se soucier de quoi que ce soit. Ceci prouve qu’il y a complicité de certains responsables dans notre société », a-t-il regretté.

Et d’ajouter, « Non seulement des locaux du parti ont été détruits, mais aussi l’administration s’est opposée à la construction de nos permanences sur les collines de Mahonda , Rubamvyi et Ngobeke. C’est injuste et aberrant dans un pays qui se dit démocratique ».

Le représentant de la principale formation politique de l’opposition est revenu sur le scrutin de mai 2020.
Il a rappelé que ses membres dans les commissions en charge de l’élection ont été chassés des bureaux de vote au moment du comptage des voix.

___________

Photo : des membres du CNL lors de la célébration du deuxième anniversaire de leur parti à Gitega, le 11 avril 2021

Previous Cibitoke : trois corps découverts à Buganda
Next Manifestation anti-Monusco : deux morts près de Goma

About author

You might also like

Politique

Makamba: des entraînements paramilitaires des Imbonerakure inquiètent les habitants

Les jeunes Imbonerakure du parti au pouvoir intensifient des entraînements paramilitaires et patrouilles dans la province de Makamba (sud du Burundi) ces derniers jours. Le mot d’ordre aurait été donné

Politique

Bubanza : le jugement des 4 journalistes d’Iwacu et leur chauffeur attendu sous 48 heures

(INFO SOS Médias Burundi) Arrêtés sur la commune de Musigati par la police de Bubanza, les 5 reporters sont accusés de complicité d’atteinte à la sécurité intérieure de l’État. Ils

Politique

PHOTO DE LA SEMAINE – RUYIGI : premier groupe de réfugiés burundais rapatrié après la convention entre le gouvernement burundais et tanzanien

Jeudi 3 octobre, 590 réfugiés burundais sont rentrés de la Tanzanie. Ils viennent des trois camps qui accueillent les Burundais à savoir Nduta, Mtendeli et Nyarugusu. Il s’agit d’un premier