Burundi-UA : l’UA met fin au mandat de sa mission d’observateurs des droits de l’homme et d’experts militaires au Burundi

Burundi-UA : l’UA met fin au mandat de sa mission d’observateurs des droits de l’homme et d’experts militaires au Burundi

La mesure a été annoncée dans le communiqué de la plus grande organisation africaine après sa 993ème réunion du Conseil de paix et de sécurité du 27 avril. Elle concerne la mission des observateurs des droits de l’homme et des experts militaires de l’Union Africaine au Burundi. Citant « plusieurs progrès de la situation dans la crise burundaise », le conseil de sécurité de l’Union Africaine a décidé de mettre fin au mandat de sa mission d’observateurs des droits de l’homme et d’experts militaires au Burundi au 31 mai 2021. De son côté, le Burundi se félicite et salue la décision. (SOS Médias Burundi)

La décision a été adoptée par le Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine (UA) le 27 avril 2021. Dans le communiqué sorti après la réunion, l’Union Africaine se félicite de plusieurs progrès et évolutions de la situation au Burundi. « (…) l’UA se félicite des progrès significatifs enregistrés dans la situation politique et sécuritaire au Burundi depuis le début de la crise en 2015 » et félicite le gouvernement, en particulier, les dirigeants et le peuple Burundais pour « l’organisation réussie des élections le 20 mai 2020 » et la formation subséquente d’un nouveau Gouvernement.

Revenant sur l’amélioration des relations entre le Burundi et ses voisins, ainsi qu’avec l’Union Européenne et d’autres partenaires bilatéraux et multilatéraux et le travail réussi de sa mission d’observateurs des droits de l’homme et les experts militaires déployés au Burundi en 2017, la plus importante et grande organisation africaine a décidé de mettre fin à sa mission.

Elle encourage d’autres membres de la communauté internationale, qui ne l’ont pas encore fait, de lever immédiatement toutes les sanctions et autres formes de mesures punitives imposées au Burundi sans plus tarder, en vue de créer des conditions propices à un redressement et à une stabilisation socio économiques durables.

Le Conseil souligne toutefois la nécessité pour la Commission de l’UA, à travers le Centre pour la Reconstruction et le Développement post-conflit, au Caire, d’apporter le soutien requis, conformément aux besoins et priorités socio-économiques de reconstruction et de développement post-conflit et de consolidation de la paix du Burundi.

Néanmoins, une équipe d’évaluation de l’impact technique au Burundi avec pour mandat d’entreprendre une évaluation de la mission d’observateurs des droits de l’homme et d’Experts militaires de l’UA au Burundi, en vue de tirer des enseignements et des bonnes pratiques à prendre en considération dans le déploiement futur de missions similaires ailleurs sur le Continent et d’élaborer un manuel sur la gestion des missions de l’UA devrait être mis en place.

Après la décision, le gouvernement du Burundi n’a pas tardé à réagir. Sur son compte Twitter, le ministre burundais des affaires étrangères et de la coopération a salué la décision du Conseil de paix et de sécurité de l’UA.

Previous Mtendeli (Tanzanie)-Nakivale (Ouganda) : le football, moyen d'oublier la vie dure d'exil
Next Nduta : la Tanzanie détruit plusieurs champs de cultures des réfugiés burundais