Burundi : trois cadres remis au service national de renseignements

Burundi : trois cadres remis au service national de renseignements

Trois cadres au sein du ministère de la Santé sont sous interrogatoire au service national de renseignements. Selon le ministère de la Santé, les concernés sont poursuivis pour recrutement frauduleux du personnel soignant et non soignant. (SOS Médias Burundi)

Boniface Irangabiye et Cynthia Congera, tous du service de la direction générale des ressources humaines ainsi que Léonce Barankaniye du service de formation ont été démis de leurs fonctions. L’ annonce de leur licenciement a été faite ce jeudi par le porte-parole du ministère de la Santé.

Ils sont accusés d’avoir effectué des recrutements frauduleux du personnel soignant et non soignant alors qu’ils n’en avaient pas les compétences. Dans le même ordre d’idée, trois employés recrutés par ces cadres ont été débusqués.

Il s’agit de Cléophas Tuyisabe, recruté le 7 juin. Il était affecté à la direction provinciale de la santé à Ruyigi (est du pays). Cette fraude a été dénoncée par le directeur provincial de la santé, après avoir douté de l’authenticité de la lettre d’affectation fournie par M. Tuyisabe.

Deux autres employés soupçonnés d’avoir été recrutés de manière illégale par les trois cadres sont Marcelline Ndayishimiye affectée à la direction provinciale de la santé à Rutana (Sud-est) le 16/9/2020 et Samson Ntakarutimana affecté à la direction provinciale de la santé à Cibitoke (Nord-ouest) le 27 mai 2020.

Les deux derniers employés sont accusés d’avoir perçu régulièrement leurs salaires fournis des caisses de l’État durant une année alors que leur recrutement a été effectué de façon frauduleuse. Les trois cadres du ministère ont été remis au service national de renseignements pour des enquêtes approfondies

D’après une source interne au ministère de la santé, les trois cadres sont dans les cachots du service national de renseignements depuis deux semaines.

Des jeunes chômeurs dénoncent souvent le clientélisme et la politisation du système de recrutement au sein du ministère de la Santé.

Certains disent que pour être recruté, il faut être membre du parti au pouvoir, être proche des membres influents du parti ou débourser une somme allant de 2 à 3 millions comme pot de vin.

___________

Photo : selon le ministère de la Santé, les concernés sont poursuivis pour recrutement frauduleux du personnel soignant et non soignant

Previous Beni (RDC) : une dizaine d'individus suspectés de collaborer avec les ADF interpellés
Next Rumonge : un responsable d'un centre de santé interpellé pour avoir violé une mineure