RDC-Ituri : trois morts dans une nouvelle attaque des CODECO au village Tali

RDC-Ituri : trois morts dans une nouvelle attaque des CODECO au village Tali

Les miliciens de la CODECO (Coopérative pour le Développement du Congo) ont de nouveau fait une incursion sanglante dans la nuit de dimanche à lundi sur le village de Tali situé dans la chefferie de Bahema-Nord en territoire de Djugu dans la province de l’Ituri à l’est de la RDC. Le bilan fait état de trois personnes tuées. (SOS Médias Burundi)

Les victimes sont deux femmes et un homme, selon le président de la société civile à Djugu. « Il s’agit notamment d’un homme et de deux femmes dont l’âge varie entre 30 et 32 ans. Les victimes sont tombées dans une embuscade d’hommes armés, ils les ont dépouillées de tout ce qu’elles avaient sur elles avant de les exécuter » , explique-t-il.

Selon une autorité locale, ces miliciens perçoivent 20.000 francs congolais par personne tuée. « Ce sont de miliciens qui perçoivent 20.000 francs congolais sur chaque personne tuée. Ces victimes venaient de Bunia et se rendaient à Largu. Elles ont même cédé leur somme d’argent aux assaillants sans opposer aucune résistance, ce qui n’a pas empêché à ces tueurs de les exécuter.Nous les avons enterrées à Wajo », affirme-t-elle.

Selon nos informations, plusieurs habitants ont fui la zone après l’attaque. Des attaques armées ne cessent de se multiplier malgré l’État de siège décrété le 6 mai dernier en Ituri et dans la province voisine du Nord-Kivu dans le cadre de démanteler les groupes armés locaux et étrangers qui pullulent dans les deux provinces où l’autorité et les juridictions civiles sont depuis remplacées par celles militaires.

Mercredi dernier, cinq personnes sont mortes dans une attaque attribuée aux rebelles ougandais ADF (Forces Démocratiques Alliées) sur l’axe routier Beni-Komanda dans le Nord-Kivu.

_____________

Photo : la ville d’Ituri

Previous Cibitoke : un éleveur reste en détention pour avoir réclamé ses vaches volées
Next Makamba : des arrestations des militants des partis d'opposition inquiètent des habitants