RDC-Ituri : Environ 15 civils tués dans une attaque rebelle des ADF

RDC-Ituri : Environ 15 civils tués dans une attaque rebelle des ADF

Des hommes armés identifiés comme des rebelles ADF (Forces Démocratiques Alliées) ont mené une nouvelle attaque meurtrière dans la localité d’Idohu en chefferie de Walese-Vonkotu, dans le territoire d’Irumu, (province de l’Ituri à l’est de la RDC). Selon la société civile locale qui a livré l’information, ces présumés rebelles avaient d’abord attaqué une position militaire des Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) dans la zone aux environs de 16 heures le lundi 2 août 2021. (SOS Médias Burundi)

Le bilan encore provisoire avancé par la société civile locale fait état de 15 personnes tuées, parmi elles 13 hommes et deux femmes.

La même source indique qu’elles ont été assassinées aux environs de 17 heures. Le bilan serait provisoire car la fouille continue pour retrouver les personnes portées disparues. « Au moment où je vous parle, nous avons quinze civils tués dont deux femmes et treize hommes par les rebelles ADF à Idohu, une agglomération située dans la chefferie des Walese-Vonkutu, territoire d’Irumu en Ituri. La chefferie est devenue une boucherie humaine où la population civile est tuée sans aucune intervention du gouvernement congolais », s’est exprimé avec colère Christophe Munyanderu de l’ONG Convention pour le Respect des Droits humains.

La population locale qui vient de quitter les villages demande aux autorités militaires de la province de l’Ituri de mener des offensives contre les groupes armés actifs dans le territoire d’Irumu en général et particulièrement dans leur localité menacée par l’activisme des présumés ADF.

De son côté, le député élu dans la circonscription de Beni, Alain Siwako révèle que depuis la proclamation de l’État de siège dans les deux provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri, 334 personnes ont étés tuées, 19 véhicules incendiés dans un seul axe Beni-Komanda, 116 villages vidés de leurs habitants à côté des personnes portées disparues dont le nombre exact est inconnu.

L’ élu du territoire de Beni estime qu’il n’y a aucune différence entre les opérations Sokola1 qui étaient en cours et l’État de siège décrété il y a trois mois. « La population ne sent pratiquement pas les effets de l’État de siège qui s’est transformé en business. Il y a plutôt une augmentation de taxes illégales et des tracasseries jamais vécues », s’est indigné le député.

______________

Photo : une fumée s’échappe d’un véhicule brûlé à Idohu

Previous Mugamba : deux personnes tuées à la hache
Next Nakivale (Ouganda) : quatre jeunes burundais en détention