Mabayi : sept hommes dont un Rwandais détenus pour collaboration avec des hommes armés

Mabayi : sept hommes dont un Rwandais détenus pour collaboration avec des hommes armés

Ils ont été interpellés ce lundi vers 11h dans la localité de Ngara. C’est sur la colline de Rutorero en zone de Butahana dans la commune de Mabayi (province de Cibitoke, nord-ouest du Burundi). Il leur est reproché de ravitailler des hommes armés parlant Kinyarwanda installés dans la réserve naturelle de la Kibira (même commune). Les intéressés ont été conduits au commissariat provincial de la police à Cibitoke. L’administrateur de Mabayi parle d’une enquête policière. (SOS Médias Burundi)

Parmi eux, un certain Nathan, conseiller collinaire de Rutorero et un des responsables d’un groupe d’hommes armés parlant Kinyarwanda. Les autres sont un certain Gitagara, Bucumi, Burindwi, Nkeshimana et Thomas Mapindi.

Ils ont été arrêtés par des militaires en patrouille sur la sous-colline de Ngara, selon nos sources. « Alors qu’ils se dirigeaient dans la Kibira avec des sacs remplis de vivres, ils sont tombés sur une colonne de militaires en patrouille quotidienne dans la forêt. Ces derniers les ont immédiatement appréhendés avant de les remettre à la police. Ils ont avoué qu’ils allaient ravitailler un groupe armé rwandais. D’ailleurs, ils étaient avec un des responsables du groupe », disent des témoins.

Les sept hommes ont été embarqués vers le commissariat provincial de la police à Cibitoke.

L’administrateur de Mabayi confirme l’information. Il précise qu’une enquête a été ouverte.

Inquiétude

Des habitants de Mabayi estiment qu’il est grand temps que les groupes armés installés dans la réserve naturelle de la Kibira soient délogés. Ils disent qu’ils sont souvent sommés de transporter les vivres des hommes armés. « C’est très inquiétant. Des fois, des gens acceptent de collaborer en transportant les vivres pour sauver leur peau. Ces hommes envoient des éléments au marché pour des achats, et s’ils te choisissent et que tu refuses, ils te menacent de te tuer et tu dois accepter », expliquent des habitants de la colline de Rutorero.

D’autres sources indiquent toutefois que certains habitants choisissent eux-mêmes de transporter les vivres moyennant une certaine rémunération. « Mais le grand problème, c’est la position des autorités administrative, policière et militaire. Pourquoi elles ne chassent pas ces hommes armés pourtant connus. Ils circulent avec des armes, et des fois, les autorités sont informées et rien n’est fait », s’inquiètent-elles.

Il y a moins de trois mois, les chefs des collines de Rutorero et Gafumbegeti ont été arrêtés avec quatre commerçants. Ils étaient accusés de ravitailler des hommes armés parlant Kinyarwanda. Ils ont été détenus pendant plusieurs jours dans les cachots du commissariat provincial de la police à Cibitoke avant d’être relâchés.

L’autorité communale menace de sanctionner toute personne qui se rendra coupable de la faute « de ravitaillement du groupe dont il est question ». « Nous avons même décidé la fermeture de tous les kiosques et boutiques de Ngara pour stopper le ravitaillement de ces hommes installés dans la Kibira. Pourquoi des gens continuent de contourner notre volonté? Toute personne qui se rendra coupable de tels actes sera sévèrement sanctionnée », menace-t-elle.

Wilson Bakara, ancien chef collinaire de Rutorero est détenu à la prison centrale de Bujumbura (capitale économique) depuis deux mois pour avoir collaboré avec des hommes armés parlant Kinyarwanda installés dans la Kibira et facilité leur ravitaillement.

Toutefois, le ministre de la défense du Burundi Alain Tribert Mutabazi a récemment nié l’existence de groupes armés rwandais sur le territoire burundais.

___________

Photo : chef-lieu de la commune Mabayi

Previous Makamba : des militants du CNL libérés sur ordre du gouverneur
Next RDC-Ituri : 2 véhicules brûlés dans une nouvelle embuscade des ADF à Irumu