Nyarugusu (Tanzanie) : une centaine de Burundais refusent d’être rapatriés à la dernière minute

Nyarugusu (Tanzanie) : une centaine de Burundais refusent d’être rapatriés à la dernière minute

Ce jeudi, le rapatriement des Burundais qui le souhaitent a repris dans le camp de réfugiés de Nyarugusu en Tanzanie. Toutefois, 15 familles constituées de plus de 100 personnes ont refusé de monter dans les bus de transport qui devraient les déplacer. On leur a refusé d’emmener avec eux leurs vivres, ce qui les a poussés à refuser de rentrer. (SOS Médias Burundi)

Alors qu’ils s’apprêtaient comme les autres à rentrer, l’administration du camp leur a interdit de partir avec des bagages contenant essentiellement du riz et du haricot ou des grains de maïs, selon des témoins. « L’administration du camp a sorti un communiqué interdisant des Burundais qui rentrent de partir avec des vivres. Elle a expliqué que ces vivres sont une propriété de la Tanzanie et que par conséquent chaque personne doit les laisser sur place », peut-on lire dans un communiqué affiché dans les places publiques à Nyarugusu.

Quinze familles qui avaient alors plusieurs kilogrammes de vivres ont décidé d’annuler leur mesure de rentrer. « Quand on rentre, on ne peut pas laisser nos biens dans le pays d’exil. Tout ce qu’on a, nous avons dépensé de l’argent ou de l’énergie pour en avoir. Ce n’est pas un don. Qu’on nous laisse partir avec nos biens, sinon c’est injuste et on reste ici », ont-ils réagi en colère.

Le HCR a tenté de régler l’affaire arguant qu’il n’y a pas de places suffisantes pour ces quantités de riz et de maïs, en vain. 

Ces candidats au retour volontaire estiment qu’il est de leur droit de rentrer avec tout ce qu’ils possèdent, y compris même des poules ou des lapins domestiques.

Le HCR et l’administration du camp ont promis de prendre des mesures y relatives pour que le rapatriement volontaire ne soit pas entravé.

Nyarugusu est l’un des camps burundais enTanzanie qui ne répondent pas massivement au rapatriement volontaire depuis le lancement du programme en 2017. Il compte plus de 120 mille réfugiés dont près de 50 mille Burundais.

______________

Photo : une pancarte montrant le camp des réfugiés de Nyarugusu

Previous ONU-Burundi : de la commission d'enquête au Rapporteur spécial sur les Droits humains, une victoire pour les autorités burundaises
Next RDC-Beni : au moins quatre civils tués par des miliciens ADF aux villages Mbingi et Mapasa