Kirundo-Ngozi-Muyinga : le carburant devient de plus en plus une denrée très rare

Kirundo-Ngozi-Muyinga : le carburant devient de plus en plus une denrée très rare

Depuis à peu près deux semaines, il s’observe un manque criant de carburant sur les stations service des provinces de Kirundo et Ngozi (nord du Burundi) et Muyinga (nord-est). Des hôpitaux fortement touchés par la pénurie se trouvent dans l’incapacité d’assurer les services de transfert de patients. Leurs familles sont obligées de se prendre en charge pour trouver du carburant afin de sauver les leurs. Des décès sont rapportés surtout chez les femmes enceintes et nouveau-nés. (SOS Médias Burundi)

Selon des sources à Kirundo, la situation est très inquiétante depuis près de deux semaines. Les stations service sont fermées et les conséquences sont énormes dans le domaine sanitaire. Des ambulances chargées du transfert des cas compliqués ou d’urgence ne trouvent plus de carburant. Les patients en payent lourdement le prix. « Des dégâts sont énormes mais cela reste un non dit. Plusieurs femmes et nouveau-nés meurent chaque jour par manque d’ambulance. Les familles attendent en vain l’ambulance de l’hôpital provincial pour le transfert des cas compliqués », racontent des sages femmes de différentes communes de Kirundo.

Selon des habitants, il y a eu des suspensions répétitives de distribuer le carburant avant que les stations ne ferment. Il y a près de deux semaines.

Des sources à l’hôpital de province indiquent que le manque de carburant perturbe énormément leur travail. « Même le stock de quelques litres se termine très rapidement. Pour le moment, l’ambulance est garée dans le parking. Sans carburant, vous comprendrez les conséquences », disent-elles.

Dans la province voisine de Ngozi, le problème est identique. Des sources médicales à l’hôpital de province affirment que les familles doivent s’arranger pour transférer leur patient à l’hôpital à l’aide de véhicules privés.

Et en province de Muyinga, la même situation prévaut, d’après des sources médicales à l’hôpital de province. Le manque de carburant pour ambulance reste la même cause. La pénurie de carburant n’a pas seulement paralysé le domaine sanitaire, mais aussi plusieurs secteurs de la vie comme le transport.

Des salariés des stations service contactés indiquent que leurs patrons signalent un manque criant de devises, ce qui les empêche d’aller s’approvisionner à l’étranger.

Des observateurs dénoncent toutefois une mauvaise gestion du peu de carburant que parviennent à trouver des hôpitaux. « Les week-ends, les médecins en chef rentrent tous sur Bujumbura (capitale économique ) pour voir leur famille. Quand ils doivent participer à des formations, ils ne manquent pas aussi de carburant. Pourquoi ne pas utiliser ce rare produit pour sauver les vies des patients? », s’interrogent-ils.

_______________

Photo : plusieurs conducteurs de taxi moto sur une station service à Muyinga

Previous Kirundo : un rapatrié du Rwanda introuvable
Next Ruyigi : trois Imbonerakure en détention