Rumonge : la justice a libéré un vieux qui était détenu à l’endroit de son fils

Rumonge : la justice a libéré un vieux qui était détenu à l’endroit de son fils

Juvin Ndabahinyuye est libre depuis le 28 octobre. Il était détenu à la prison centrale de Murembwe en province de Rumonge (sud-ouest du Burundi) depuis un mois. Un de ses trois autres fils qui était aussi en détention a également été relâché. La famille exige la libération de ses deux autres fils. (SOS Médias Burundi)

Selon des proches de sa famille, l’ordre de relâcher M. Ndabahinyuye a été donné par le procureur de Rumonge. « Le procureur a ordonné sa mise en liberté provisoire et il est sorti de la prison le 28 octobre. Nous saluons la décision car il était injustement détenu comme ses fils qui étaient également emprisonnés à Murembwe avant qu’un d’entre eux soit libéré », disent-ils.

Le vieux Ndabahinyuye est originaire de la colline de Gishiha en zone de Maramvya de la commune de Burambi (même province de Rumonge). Son arrestation intervenue le 24 septembre dernier a été suivie par l’interpellation de trois de ses fils dont un policier posté au commissariat de la police en zone de Buterere au nord de la ville commerciale Bujumbura. Un des trois fils qui était incarcéré a également été relâché il y a deux semaines selon un proche de la famille.

L’affaire pour laquelle ils sont poursuivis concerne un autre fils de Ndabahinyuye qui vit en exil depuis 2016. C’est un ancien militaire soupçonné d’avoir participé dans un meurtre d’un élu local. Depuis le début de cette année ,au moins quatre hommes dont deux anciens militaires ont été tués par la police dans la zone les accusant de collaborer avec une bande armée et la coordonner.

Un septuagénaire est mort dans un cachot de la police sans qu’il y ait une enquête. Nos sources ont indiqué qu’il a été torturé.

Plusieurs arrestations se poursuivent à Maramvya et d’autres zones environnantes de la commune vosine de Mugamba (province de Bururi, sud).
Des observateurs locaux parlent d’interpellations à caractère politico-ethniques visant seulement des Tutsis et des opposants,ce que la police et l’administration locale nient.

Le cas des quatre hommes n’est pas isolé. Plusieurs jeunes élèves et leurs mères ont été appréhendés et détenus pendant plus d’une année à la place d’un père, un fils ou un mari en cavale.

La famille de M. Ndabahinyuye demande que ses deux fils toujours en détention pour la même affaire soient relâchés expliquant que « la responsabilité pénale est individuelle ».

_____________

Photo : la province de Rumonge

Previous RDC-Beni : quatre morts dans une attaque attribuée aux ADF au village Mahu
Next Bubanza : un groupe d'Imbonerakure tue et enterre une personne dans le cimetière de Gahongore