Covid-19 : la Tanzanie lance une campagne de vaccination dans les camps des réfugiés

Covid-19 : la Tanzanie lance une campagne de vaccination dans les camps des réfugiés

Depuis le début du week-end dernier, la Tanzanie a commencé à vacciner les réfugiés contre le Covid-19. Seulement, les intéressés ne répondent pas massivement à la campagne suite a des rumeurs de probables effets négatifs liés au vaccin. Les autorités tanzaniennes essayent de rassurer les réfugiés, mais ces derniers restent sceptiques du fait que même le taux de vaccination pour les Tanzaniens reste très bas. (SOS Médias Burundi)

La campagne a commencé dans le camp de Nyarugusu qui héberge des réfugiés burundais et congolais. Seulement, les réfugiés ont affiché une attitude trop timide, selon des témoins. « Les responsables du camp, du HCR et du district sanitaire de Kakonko ont d’abord expliqué aux réfugiés l’importance du vaccin avant de déclarer la campagne ouverte pour l’octroi de la première dose. Mais, 15 personnes ont accepté de recevoir la piqûre. Les autres sont restées sceptiques », racontent des témoins.

Des réfugiés qui se sont confiés à SOS Médias Burundi indiquent ne pas être sûrs des conséquences du vaccin sur la santé. Ils préfèrent attendre deux semaines pour voir si les quinze vaccinés n’auront pas de problèmes, ont-ils avoué.

Les inquiétudes sont également basées sur le fait que, selon eux, même les Tanzaniens ne répondent pas suffisamment à la vaccination. Imaginez-vous, la présidente de la Tanzanie s’est fait vacciner devant les caméras des médias, mais seulement autour de 400 mille Tanzaniens se sont fait vacciner sur plus 59 millions d’habitants », expliquent-ils tout en rassurant qu’ils pourront se faire vacciner après deux semaines, « si les martyrs s’en sortent bien ».

Plusieurs lots du vaccin Johnson & Johnson sont conservés dans les stocks des centres de santé du camp et les réfugiés qui le désirent pourront y aller se faire vacciner, selon des sources sanitaires.

Depuis la mort en mars du président John Pombe Magufuli, les autorités ont changé de discours mais peinent à convaincre la population à se faire vacciner. “En tant que présidente et commandante en chef des armées tanzaniennes je ne mettrais pas ma vie en danger si les vaccins n’étaient pas sûrs” avait déclaré Samia Suluhu Hassan présidente tanzanienne  en juillet dernier, comme pour encourager ses concitoyens à se faire vacciner.
Toutefois, le taux de vaccination reste toujours très bas avec seulement 400 mille personnes vaccinées sur une population de 59,7 millions que compte la Tanzanie, selon des données du ministère en charge de la santé.

Les camps de réfugiés, les prisons et les écoles ont été pris comme des zones à haut risque et les vaccins doivent y être distribués sans tarder selon les autorités tanzaniennes.

La Tanzanie compte aujourd’hui plus de 250 mille réfugiés dont plus de la moitié sont de Burundais.

____________________

Photo : la présidente tanzanienne Samia Suluhu Hassan lance la campagne de vaccination en se faisant vacciner, DR

Previous Photo de la semaine : Bukavu (RDC) : une attaque armée fait 9 morts dont deux militaires et un policier
Next Kenya : famine au camp de réfugiés de Kakuma