Nduta (Tanzanie) : le changement climatique menace le camp

Nduta (Tanzanie) : le changement climatique menace le camp

En temps normal, les mois de septembre, octobre et novembre sont pluvieux dans la région de Kigoma (nord-ouest de la Tanzanie) où est installé le camp de Nduta. Mais pour le moment, la pluie n’est pas au rendez-vous et le soleil bat son plein. Conséquence : les cultures sont endommagées, ce qui fait désespérer des réfugiés burundais de Nduta. (SOS Médias Burundi)

Normalement au mois de novembre, les réfugiés goûtaient déjà aux feuilles de haricot et au maïs pour ceux qui cultivent plus tôt, non loin du camp de Nduta.

Mais le changement climatique a perturbé les saisons culturales et les conséquences se font sentir chez des réfugiés qui cultivent pour combler le vide, la ration alimentaire donnée par le HCR étant insuffisante. “Ces légumes nous aidaient beaucoup pour varier la ration. Elles aidaient surtout les enfants dans la prévention contre certaines maladies, sachant que la ration du HCR est presque insignifiante. Les Burundais qui n’ont pas de champ pouvaient cultiver ceux des Tanzaniens et comme rétribution, ils partagaient la récolte. Mais voilà les champs de haricots, d’arachides et de maïs ont été endommagés”, se désolent des Burundais des zones 20 et 21 qui sont à l’extrémité du camp.

D’autres craignent que la famine frappe aux portes des communautés locales, sans épargner les réfugiés qui pouvaient aller acheter des denrées alimentaires dans les marchés, non loin du camp qui compte plus de 45000 Burundais.

Ils demandent au HCR d’augmenter la ration alimentaire pour combler le vide.

_______________

Photo : vue du camp des réfugiés de Nduta

Previous Gitega : un haut cadre de la FENACOBU en détention
Next Rutana : le parti CNDD-FDD collecte des contributions forcées, des habitants soupçonnent un vol organisé