Photo de la semaine- Covid-19 : le président Neva choisit la croisade du CNDD-FDD pour dévoiler les statistiques

Photo de la semaine- Covid-19 : le président Neva choisit la croisade du CNDD-FDD pour dévoiler les statistiques

Plus de dix mille Burundais ont été atteint par le virus mortel au cours du mois de décembre. L’annonce a été faite jeudi dernier dans la capitale politique Gitega par le président Évariste Ndayishimiye lors de l’ouverture d’une croisade de prière de trois jours organisée par le parti au pouvoir. (SOS Médias Burundi)

Comme son prédécesseur, M. Ndayishimiye a affirmé que c’est « Dieu seul qui a évité le pire au pays le plus pauvre ».

« Ces derniers jours, j’ai analysé les rapports mondiaux sur le Covid-19. On dit qu’il y a 0% de personnes vaccinées au Burundi mais les Burundais on n’a jamais suspendu nos activités. Seul Dieu est en train de combattre pour nous. Qu’avons nous de spécial en tant que pays le plus pauvre au monde! », a insisté dans un ton très calme à la paroisse Saint François d’Assise située dans le quartier de Magarama dans la capitale politique Gitega, ce jeudi matin.

Et de donner les chiffres, devenus une denrée très rare ces derniers mois. « Au cours de ce dernier mois de décembre, la pandémie s’est répandue à une allure plus qu’inquiétante. Toutefois, d’après nos recherches il n’y a pas cinquante personnes qui ont été admises dans les hôpitaux. Imaginez-vous un pays où plus de dix mille habitants sont tombés malades et qu’ils guérissent tous-car dans un rapport que j’ai reçu dimanche dernier il n’y avait pas cinq cents patients de Covid-19. [..]tout ça c’est l’œuvre de Dieu ».

Depuis des mois, l’autorité sanitaire au Burundi a refusé de donner les chiffres des personnes testées positives au Covid-19 dans la petite nation de l’Afrique de l’est se contentant seulement d’annoncer que « les chiffres ont augmenté « et que » la situation reste maîtrisée ».

L’après-midi de jeudi, les cérémonies se sont poursuivies à l’aérodrome de Gitega où plus de cinq mille participants ont eu droit à des chansons de chorales et des enseignements de différentes autorités dont le chef de l’État et le tout puissant premier ministre Alain Guillaume Bunyoni et des « hommes de Dieu » ainsi que de l’ancienne première dame Denise Nkurunziza, à la tête d’une des grandes congrégations au Burundi et qui est très connue pour être très éloquente.

Très peu de gens portaient un masque, a remarqué notre reporter.

Au Burundi, depuis l’accession du CNDD-FDD au pouvoir en 2005, des croisades de prière sont organisées par le gouvernement, la famille présidentielle et le parti présidentiel. Pour ce dernier, ses membres doivent participer dans une séance de prière chaque dernier jeudi du mois sur tout le territoire national.
L’an dernier, le président Évariste Ndayishimiye a signé un décret instituant deux séances de prière oecuméniques chaque année. Cela a fait venir dans l’organisation l’église Catholique dont les représentants entretenaient de très mauvaises relations avec le régime CNDD-FDD surtout durant les cinq dernières années de feu président Pierre Nkurunziza qui les considérait comme des « acteurs d’une conspiration de renversement des institutions ».

______________

Photo : le président Ndayishimiye arrive au stade de l’aérodrome de Gitega, le 20 janvier 2022

Previous Rutana : le CNDD-FDD choisit les magistrats devant siéger dans les procès politiques
Next Bujumbura : une attaque dans un bistrot fait un mort