Photo de la semaine-Bibogobogo (RDC) : les déplacés font face à d’énormes défis

Photo de la semaine-Bibogobogo (RDC) : les déplacés font face à d’énormes défis

Ils sont plus de 7000 déplacés congolais à vivre dans un camp de déplacés intérieurs à Bibogobogo, sur le territoire de Fizi en province du Sud-Kivu à l’est de la RDC. Ils n’ont rien apporté quand leurs villages ont été brûlés par des miliciens Maï Maï. SOS Médias Burundi les a visités. (SOS Médias Burundi)

Corette Sombo est une femme du village de Bikilikili. Son mari a été tué dans une attaque des miliciens Maï Maï le 18 février dernier.

Elle est hébergée dans une petite maison en paille. « Quand il pleut pendant la nuit, nous ne pouvons pas dormir. En plus je n’ai rien pour nourrir mes enfants », se lamente-t-elle.

Gaheka Rivuzi est un autre déplacé de Bibogobogo. Sa maison a été incendiée et ses vaches pillées par les Maï Maï.

“Certaines familles ont été accueillies dans des salles de classe. D’autres ménages ont dû s’arranger et construire de taudis à l’aide de feuilles de banane. Aucune ONG ne nous a assistés jusqu’à présent », regrette-t-il.

La situation devient plus compliquée pour les familles qui ont de jeunes enfants ou pour les personnes du troisième âge à l’instar de Verena Nyahimbya, 75 ans. Elle s’est retrouvée dans ce camp de déplacés qui abrite plus de 7000 occupants,dépouillée de tout alors qu’elle ne peut plus « se battre pour la vie ».

Lors des derniers mois, les Maï Maï ont brûlé au moins 20 villages sur le territoire de Fizi et tué 37 civils. Cette situation fait peur à des humanitaires qui craignent des attaques sur les routes. D’où ils hésitent à se rendre à Bibogobogo, selon David Ngirimukiza, représentant des déplacés de Bibogobogo.

“Ici, les gens manquent de tout : nourriture, ustensiles ménagers, en plus d’avoir perdu un toit », a-t-il indiqué à SOS Médias Burundi.

En tout, ce sont 518 ménages actuellement qui n’ont plus accès à leur terre. « Pour manger, ils doivent compter sur la bonté des associations de membres de la communauté Banyamulenge ».

Bibogobogo est un camp de déplacés intérieurs qui est devenu une demeure pour plus de 7000 habitants de différentes zones et localités du territoire de Fizi dans la province du Sud-Kivu. Une des régions de la RDC qui regorge plusieurs groupes armés locaux et étrangers.

______________

Photo : des enfants de déplacés Banyamulenge dans un local délabré

Previous Baraka (RDC) : libération de trois infirmiers
Next Kirundo : le président de l'Assemblée nationale humilie l'administrateur communal de Busoni et le chasse du CNDD-FDD