Affaire -Sahabo : 34 jours de détention , ses avocats dénoncent un vice de procédure

Affaire -Sahabo : 34 jours de détention , ses avocats dénoncent un vice de procédure

Le docteur Christophe Sahabo vient de passer 34 jours dans un cachot du SNR (service national de renseignements). Les avocats de l’ancien administrateur directeur général de Kira Hospital, une clinique de référence au Burundi dénoncent « un vice de procédure dans le traitement du dossier ». (SOS Médias Burundi)

Selon Emmanuel Hakizimana, l’un des avocats de Christophe Sahabo, « sa détention au bureau des renseignements est illégale » car elle viole les textes nationaux et internationaux que le Burundi a ratifiés.

« Depuis son arrestation, le service national de renseignements refuse que nous rendions visite à notre client alors que c’est son plein droit. Sa famille et ses proches n’ont pas également le droit de le voir et cela est une violation flagrante des droits de l’homme ,et c’est seulement au Burundi où les personnes sont présumées coupables, contrairement au principe de présomption d’innocence », indique-t-il.

Il estime que la commission nationale indépendante des droits de l’homme devrait « se saisir du cas ».

La défense de M. Sahabo affirme aussi qu’il lui est privé le droit de se faire soigner.

« Il est malade et tout le monde le sait, il est asthmatique mais son médecin traitant n’a pas droit de lui rendre visite comme il le souhaite. C’est une torture qu’on lui inflige alors qu’il est présumé innocent », trouve-t-elle.

Ses proches quant à eux dénoncent « un acharnement contre Sahabo suite au cumul de haine à son encontre ».

« On nous dit que c’est un extrémiste suite à son passé de militant au sein d’une association qui défendait la cause Tutsi dans les années 90, des anciens étudiants de l’Université du Burundi regroupés su sein de l’association Zirikana UB 1995 des rescapés Hutus de 1995 à cette Université composés en grande partie des membres influents du parti au pouvoir et des forces de défense et de sécurité se seraient opposés à sa libération », témoignent des proches de l’homme en détention.

Nous avons essayé de contacter le président de la commission nationale indépendante des droits de l’homme (CNIDH) qui a promis de s’exprimer sur l’affaire dans les jours à venir.

Kira Hospital est la plus prestigieuse clinique du Burundi. Construit pour plus de 28 milliards de francs burundais ( soit 14 million de dollars) ,l´établissement sanitaire a été inauguré en mars 2015.

L’homme en détention est le promoteur du projet dont la majorité des investisseurs et actionnaires sont suisses. Le week-end où il a été interpellé, une lettre des actionnaires burundais a circulé sur les réseaux sociaux de Burundais. La partie burundaise dit « avoir retiré sa confiance au docteur Sahabo ».

« Le groupe des actionnaires représentant la partie burundaise,constitué essentiellement des sociétés publiques et à participation publique voudrait porter à votre connaissance qu’à partir de cette date, se basant sur de multiples manquements, mauvaise gestion et gestion frauduleuse (…) qui sont reprochés à Sieur Dr Christophe Sahabo , lui retire sa confiance et demande sa destitution immédiate », peut-on lire dans une lettre envoyée au conseil d’administration le premier avril et signée par deux représentants de la Socabu (Société d’assurance du Burundi), une représentante de l’office national des pensions et risques professionnels (ONPR) , une représentante de la centrale d’achats de médicaments essentiels du Burundi (Camebu) et un représentant de Burundi Airlines.

___________________

Photo : le docteur Christophe Sahabo détenu au cachot du SNR (Service national de renseignements

Previous Makamba : deux militants du CNL en détention
Next Karusi : la police détient un Imbonerakure à Shombo