Djugu-RDC : le bilan d’une attaque meurtrière au camp Blanquette est passé de 50 à plus de 100 morts

Djugu-RDC : le bilan d’une attaque meurtrière au camp Blanquette est passé de 50 à plus de 100 morts

Le bilan de l’incursion des présumés miliciens de la Coopérative pour le Développement du Congo (CODECO) dans le camp Blanquette, en secteur des Banyali Kilo, territoire de Djugu de dimanche dernier, est revu à la hausse. Il est passé à 115 civils tués. (SOS Médias Burundi)

Ce mardi 10 mai, de nouveaux corps de civils enlevés par les assaillants ont été découverts.

Le bilan provisoire avancé par la société civile de la région qui était de 52 civils tués est passé à 115 morts.

Denis Masiko, président de la société civile de Mungwalu et ses environs qui a livré l’information, indique que les civils kidnappés seraient utilisés comme transporteurs des biens pillés par ces rebelles avant d’être massacrés.

« Il y avait quatre-vingt treize personnes qui transportaient des biens pour les amener vers les villages où se trouve le fief de la CODECO. Et toutes ces personnes sont mortes. Jusqu’à présent, il n’y a aucune intervention des Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC). Il y a beaucoup de corps », a-t-il regretté.

Des habitants creusent une fosse où ont été enterrés les victimes des attaques armées à Djugu
Des habitants creusent une fosse où ont été enterrés les victimes des attaques armées à Djugu

Les mêmes assaillants ont effectué une nouvelle incursion la nuit de lundi à mardi dans le site des déplacés de Lodda, en groupement de Dzina, secteur des Walendu Pitsi.

Cette entité est située à 70 kilomètres au nord de la ville de Bunia (capitale de l’Ituri) dans le territoire de Djugu, en province de l’Ituri à l’est de la RDC.

Jules Tsuba, président de la coordination territoriale de la société civile de Djugu dresse un bilan provisoire de 15 morts dont un militaire et plus de 10 blessés.

Le site des déplacés de Lodda est le quatrième à être attaqué par la CODECO, après ceux de Drodro, Rhoo et Plaine Savo, près de Bule, ces derniers mois.

À travers un communiqué ce lundi, le porte-parole des FARDC en Ituri, le lieutenant Jules Ngongo, a annoncé que la récente tuerie de plus de 50 personnes dans le territoire de Djugu, fait suite aux affrontements entre les miliciens CODECO et ceux du mouvement d’autodéfense «Zaïre» qui se disputent depuis un certain temps le contrôle de cette zone minière.

______________

Photo : l’enterrement des victimes des attaques de Djugu

Previous Ngozi : lourde peine pour des opposants de Kiremba
Next Burundi : la population déplore la flambée des prix