Dzaleka (Malawi) : deux gardiens civils burundais disparus

Dzaleka (Malawi) : deux gardiens civils burundais disparus

Ezechiel Butoyi et Jonathan Uwamahoro, deux réfugiés burundais du camp de Dzaleka qui travaillaient comme agents civils de sécurité sont introuvables depuis vendredi le 3 juin 2022. Leurs proches sont inquiets et la police indique avoir entamé une enquête. (SOS Médias Burundi)

Vendredi dernier, les deux hommes se sont rendus au travail comme d’habitude à 20h mais ne sont jamais revenus, selon les membres de leur famille.

« Mon mari est allé au travail comme il le faisait depuis plus de six mois. Il rentrait normalement à deux heures du matin. On a attendu, en vain. Et nous n’avons pas de ses nouvelles jusqu’à présent. Raison pour laquelle nous sommes ici au poste de police pour rapporter le cas et exiger des enquêtes », a expliqué l’épouse de l’un des deux gardiens disparus.

Selon une source policière, ces deux Burundais participaient à une ronde nocturne, ensemble avec des éléments de la police au niveau de la zone Karonga dudit camp de Dzaleka le jour de leur disparition.

« Ils sont bel et bien venus et sont rentrés à deux heures du matin. Nous les avons accompagnés jusque près de leurs lieux d’habitation. La suite, on n’en sait rien. Mais on a entamé des investigations auprès de leurs collègues pour en savoir plus », a-t-elle souligné.

Le phénomène de disparition des gens surtout des filles et jeunes femmes ainsi que des jeunes gens inquiètent plus d’un dans ce camp de Dzaleka.

« Il ne se passe aucun mois sans qu’il y ait au moins deux cas de disparition. Soit des filles qui prendraient la direction des pays du Golfe , soit des jeunes gens qui seraient enrôlés dans des groupes rebelles non encore identifiés. C’est vraiment inquiétant », précise un des leaders communautaires à Dzaleka.

La police affirme qu’elle va se concerter avec l’administration du district de Dowa où est installé ledit camp pour essayer de contrôler tout mouvement des réfugiés et le clôturer si c’est possible.

Dzaleka, un camp de réfugiés installé non loin de la capitale Lilongwe abrite au moins 50 mille réfugiés dont plus de 11 mille Burundais.

_________________

Photo : une pancarte indiquant le camp des réfugiés de Dzaleka

Previous Gitega : le président Neva va remercier tout juge corrompu
Next Mukera (RDC) : cinq Chinois ont été libérés