Kirundo : les autorités soupçonnent de nouveau le Rwanda d’entretenir des groupes armés

Kirundo : les autorités soupçonnent de nouveau le Rwanda d’entretenir des groupes armés

Six jeunes hommes ont été arrêtés en début de semaine et la semaine dernière en province de Kirundo (nord du Burundi). Ils sont soupçonnés de vouloir aller s’enrôler dans des groupes armés au Rwanda voisin. Quatre d’entre eux sont détenus par les renseignements. (SOS Médias Burundi)

Les concernés ont été interpellés par les membres des comités mixtes de sécurité (constitués par les Imbonerakure, membres de la ligue des jeunes du CNDD-FDD, le parti présidentiel) et la police. Cinq parmi eux sont originaires de la commune de Bugabira, en province de Kirundo frontalière avec le Rwanda, le sixième suspect étant natif de la zone de Nyakabiga dans la ville commerciale Bujumbura.

Les interpellés ont un âge compris entre 19 ans et 35 ans, selon un rapport de sécurité du cabinet du gouverneur de province.

« Il a été observé des cas suspects dans le secteur surtout dans les communes frontalières avec le Rwanda, de jeunes gens qui veulent partir au Rwanda clandestinement. Donc, ça se voit qu’il y a un recrutement des jeunes dans des groupes armés au Rwanda », dit le rapport.

Le chargé du recrutement, selon les autorités administrative, policière, judiciaire et les services secrets à Kirundo était parti au Rwanda début juin 2008 et est retourné à Bugabira début mai 2021.

Quatre membres du groupe sont détenus par les renseignements qui espèrent « connaître la chaîne d’approvisionnement et la provenance des moyens financiers utilisés par ces jeunes après les avoir interrogés ».

En juillet dernier, six autres hommes avaient été arrêtés, soupçonnés également de vouloir rejoindre des groupes armés au Rwanda voisin. À la tête du groupe, le président du parti d’opposition CNL en commune frontalière du Rwanda de Busoni. Dans un procès de flagrance, ils ont écopé d’une peine de 15 ans d’emprisonnement ferme. Des sources proches du dossier estiment que « c’est une affaire montée de toutes pièces pour arriver à emprisonner des opposants ».

Lors de sa tournée en province de Kirundo, le président du sénat est revenu cette semaine sur le rôle de la population pour « éviter la perturbation de la paix et la sécurité ».

Le gouverneur de Kirundo Albert Hatungimana a, à chaque étape réaffirmé que « des jeunes gens sont recrutés pour aller dans des groupes armés au Rwanda. Ils se préparent à attaquer le Burundi ».

Des représentants des partis d’opposition qualifient les propos du gouverneur de Kirundo de « prétexte servant à arrêter toute personne qui gêne le pouvoir dans la province ».

Les accusations mutuelles d’entretien de mouvements armés entre le Burundi et le Rwanda avaient cessé depuis l’arrivée précipitée du président Évariste Ndayishimiye au pouvoir, fin juin 2020 à la suite du décès inopiné de son prédécesseur Pierre Nkurunziza.

Les relations entre les deux sœurs nations de l’Afrique de l’est s’étant détériorées en 2015 suite à une crise déclenchée par un autre mandat controversé de feu président Nkurunziza.

En mai cette année, une partie des putschistes qui ont échoué un coup d’État contre Nkurunziza s’est réfugiée au Rwanda, les autorités burundaises accusant le Rwanda de soutenir les putschistes et d’entretenir des groupes armés sur son sol, de les former, leur fournir des armes.

Le gouvernement rwandais de son côté accusait le Burundi de collaborer avec des groupes armés d’origine rwandaise dont les FDLR poursuivis de génocide contre les Tutsis en 1994 dans le pays des mille collines et de servir de passage pour des rebelles qui attaquent le Rwanda en provenance du Sud-Kivu (Est de la RDC) ou qui se rendent dans le Sud-Kivu en provenance de l’Ouganda.

La situation a été à la base de la fermeture des frontières terrestres entre les deux pays , une situation loin d’être dénouée malgré plusieurs efforts de renormalisation des relations.

Les autorités burundaises persistent et signent que « l’ouverture des frontières sera conditionnée par la remise des putschistes par le Rwanda au gouvernement burundais ».

_______________

Photo : la province de Kirundo

Previous Burundi : la société de distribution de l'eau et de l'électricité entre dans l'importation du carburant
Next Birindiro (RDC) : les armées congolaise et burundaise accusées de pillage (habitants)