Ruziba : reprise des activités à l’ hôpital de district sanitaire après  le décès d’une mère et son bébé qui a créé la paralysie des activités

Ruziba : reprise des activités à l’ hôpital de district sanitaire après le décès d’une mère et son bébé qui a créé la paralysie des activités

Ce mardi 6 septembre 2022, les activités ont repris à l’hôpital de district sanitaire de Ruziba (sud de la ville commerciale Bujumbura). Les responsables du ministère en charge de la santé avaient suspendu les activités depuis l’après-midi de ce lundi pour calmer la colère de la population après le décès d’une femme et son bébé pendant l’ accouchement. Une enquête a été ouverte mais le ministère rejette déjà les allégations selon lesquelles la femme se trouvait dans une chambre fermée au moment des faits. (SOS Médias Burundi)

Dans un enregistrement audio lancé sur les réseaux sociaux, un des membres de la famille de la défunte a alerté les hautes autorités du pays accusant une infirmière d’avoir négligé cette femme pendant le travail d’accouchement. Ce qui, malheureusement s’est soldé par la mort de la patiente et son bébé, selon le message qui s’adressait aussi à la famille présidentielle.

Selon une source proche de la structure sanitaire, les autorités du ministère en charge de la santé et le maire de la ville de Bujumbura ont fait le déplacement pour faire le constat.

« Ces autorités ont trouvé l’hôpital assiégé par une foule de gens en colère.
Pour calmer la situation, les activités ont été interrompues depuis ce lundi dans l’après-midi », raconte notre source.

L’hôpital était gardé par des militaires, des policiers et des Imbonerakure (membres de la ligue des jeunes du CNDD-FDD).

Aucun accès dans cet hôpital n’était autorisé sauf pour les patients qui étaient à l’intérieur. Eux aussi , ainsi que leurs garde- malades n’ avaient pas le droit de sortir de cet hôpital.

Le ministère en charge de la santé a confirmé la mort de la patiente et son bébé dans un communiqué.

Le ministère promet de faire la lumière sur le double décès.

« S’il advenait qu’il y aurait eu un manquement de l’équipe de prise en charge, des sanctions administratives et/ou pénales seront prises à l’endroit des contrevenants », précise le document.

Toutefois, il dément les informations circulant sur les réseaux sociaux affirmant que la femme serait morte enfermée dans une salle.

Elle est morte dans les mains du personnel soignant, selon le communiqué.

Décédée le 4 septembre, la défunte avait été admise à la structure de soins deux jours avant.

Au Burundi, ils sont nombreux à « se plaindre des services de mauvaise qualité dans les structures sanitaires publiques », mais très peu osent le dénoncer ou saisir les autorités. La famille de la femme originaire de Kizingwe (zone de Kanyosha dans le sud de la capitale économique Bujumbura) elle, est allée jusqu’à interpeller la famille présidentielle dans l’enregistrement audio.

_____________________

Photo : une pancarte indiquant l’hôpital de district sanitaire de Ruziba

Previous Busiga : un rapatrié menacé de mort par des Imbonerakure
Next Nduta (Tanzanie) : le mariage légal de nouveau permis