Ngozi : des militans du parti CNL refusés aux élections des conseils des notables collinaires

Ngozi : des militans du parti CNL refusés aux élections des conseils des notables collinaires

Des militants du parti de l’opposition CNL à Ngozi (nord du Burundi) disent qu’ils se sont vus refuser de s’inscrire sur la liste des candidats aux élections des conseils des notables collinaires. Ils accusent les chefs de colline issus du parti au pouvoir le CNDD-FDD d’être à la base de cette exclusion. Ils demandent que le gouverneur de cette province ordonne qu’il y ait plus de transparence et de crédibilité. Ce lundi, a lieu sur tout le territoire burundais l’élection des notables collinaires. (SOS Médias Burundi)
Des cas concrets sont surtout recensés dans les communes de Nyamurenza, de Ngozi et de Kiremba. En commune de Nyamurenza, une dizaine des militants du parti CNL ont été refusés de se faire inscrire.

Sur la colline de Masama, cinq militants du parti CNL ont essuyé le refus de poser leur candidature. Il s’agit d’ Alexis Ndabahinyuye Antoine Minani, Athanase Sindayigaya, Joseph Nkenguburundi et Audace Ndikumagenge.
Sur la colline de Shinge, quatre militants du même parti n’ont pas été autorisés de participer à l’élection, selon nos sources dans cette commune. Il s’agit d’ Aloys Niboye, François Manimpa, Jean Ngendandumwe et Jean Nyabenda.

Même cas sur la colline de Shoza. Tharcisse Ntahompagaze et Pierre Bucumi ont subi le même sort. Ces militants ont fait recours auprès de l’administration communale, en vain.

« L’ administrateur de Nyamurenza ainsi que ses conseillers ont méprisé leur recours. C’était prévu qu’ils soient accueillis mercredi dernier mais ils ont perdu leur temps au bureau de la commune », a regretté une source locale.

Dans la commune de Ngozi, quatre militants de la colline de Hina dans la zone de Mivo ont été banis de cette inscription. Il s’agit d’Egide Nshimirimana, Vital Barakamfitiye, Jean Ntaconimariye et Édouard Tombora.

En commune de Kiremba, la situation est la même sur certaines collines. Les noms des militants du CNL ont été rejetés.

Les responsables du parti CNL en province de Ngozi demandent au gouverneur de province de s’impliquer activement pour qu’il y’ait plus de transparence dans la participation aux affaires concernant la population en général.

Cette intolérance politique, selon un militant du parti CNL peut « engendrer une frustration qui peut aboutir à des cas de violence ».

Les notables collinaires ont un mandat indéterminé.

___________________

Photo d’illustration : la province de Ngozi

Previous Gitega : malgré les assurances formulées par le chef de l'État, l'essence reste introuvable
Next Photo de la semaine : 26 ans après l'assassinat de Mgr Joachim Ruhuna, sa famille réclame toujours justice