Tanzanie : près de 4750 réfugiés burundais arrêtés en essayant de rejoindre d’autres pays de la région en quatre mois

Tanzanie : près de 4750 réfugiés burundais arrêtés en essayant de rejoindre d’autres pays de la région en quatre mois

Les statistiques ont été dévoilées par les services d’immigration en commune de Kakonko, dans la région de Kigoma (nord-ouest de la Tanzanie) où les concernés passent. C’était ce jeudi. Selon les témoignages des réfugiés, ils veulent quitter les camps en Tanzanie suite aux mauvaises conditions de vie. En tout ce sont près de 4750 personnes concernées. (SOS Médias Burundi)

Selon les autorités tanzaniennes, ce sont les chefs de ménage qui ont de jeunes familles ainsi que leurs dépendants qui sont appréhendés dans la plupart des cas.

« Il leur est très facile de se déplacer en bus de transport de biens et personnes par rapport aux autres catégories de réfugiés. Et ce, sur de longues distances », estiment nos sources.

Les Burundais interpellés voulaient se rendre au Rwanda,en Ouganda et au Kenya, selon les services d’immigration à Kakonko.

« Nous faisons face à de très mauvaises conditions de vie dans les camps. L’assistance alimentaire est insuffisante et les activités génératrices de revenues sont bannies. Nous sortons aussi difficilement pour aller travailler dans les champs de Tanzaniens ou dans les centres de négoce environnants. La situation devient de plus en plus compliquée pour nous, raison pour laquelle nous voulons aller ailleurs. Le pire : l’on veut nous rapatrier de force », ont expliqué les Burundais interceptés à Kakonko à des policiers tanzaniens.

Des réfugiés burundais sur un point de distribution d’eau dans un camp en Tanzanie

Kakonko, la commune qui abritait le camp de réfugiés de Mtendeli récemment fermé définitivement reste la seule frontière que les Burundais fuyant les camps sont obligés d’emprunter pour se rendre dans ces pays de la région qu’ils veulent atteindre.

Selon nos reporters dans les camps de réfugiés burundais en Tanzanie, les réfugiés burundais ne répondent plus massivement au rapatriement volontaire ces derniers mois. Ce qui pousse les autorités tanzaniennes à durcir les conditions de leur vie dans les camps.

La Tanzanie reste la première destination de réfugiés burundais. Elle abrite près de 127 mille Burundais répartis en deux camps à savoir Nduta et Nyarugusu installés dans la région de Kigoma au nord-ouest du pays.

____________________

Photo : une partie d’un camp de réfugiés burundais en Tanzanie

Previous Ruyigi : une femme et un enfant blessés à la machette à Kayongozi
Next Kirundo : contribution forcée des habitants qui finit dans les poches des administratifs et militants du parti présidentiel