Kirundo : contribution forcée des habitants qui finit dans les poches des administratifs et militants du parti présidentiel

Kirundo : contribution forcée des habitants qui finit dans les poches des administratifs et militants du parti présidentiel

Des habitants qui n’ont pas donné de contribution en vivres ou en argent pour soutenir la manifestation de samedi dernier sont menacés. Les organisateurs de cet événement ont indiqué qu’il a été préparé pour témoigner le soutien au président de la République, Évariste Ndayishimiye. Les vivres et l’argent récoltés ont fini dans les poches des organisateurs de cette activité. Ceux qui n’y ont pas pris part sont menacés. (SOS Médias Burundi)

Selon nos sources au sein des militants du parti CNDD-FDD en province de Kirundo (nord du Burundi), des personnes qui n’ont pas participé à la marche- manifestation et à la contribution en vivres ou en argent afin de soutenir les œuvres du président de la République par la marche manifestation ont été menacées. Elles sont traitées en parias, d’opposants selon des militants du parti présidentiel.

« Vous venez de nous montrer vos positions. Vous soutenez la société civile et les opposants qui ont fui le pays », a lancé un Imbonerakure (membre de la ligue des jeunes du CNDD-FDD) à un compagnon qui n’a pas participé à l’événement.

Cette marche a vu la participation des militants du CNDD-FDD surtout du camp de l’ancien colonel Anastase Manirambona, le commissaire national en charge de l’idéologie au sein du parti au pouvoir.

« Ils voulaient plutôt montrer leur force face à ceux du camp de l’ancien député Jean Baptiste Nzigamasabo surnommé Gihahe », estime un habitant. Les deux camps se regardent en chien de faïence depuis l’arrivée de Réverien Ndikuriyo à la tête du parti présidentiel. Des heurts entre militants du CNDD-FDD affiliés aux deux hommes ont déjà causé plusieurs blessés graves ces derniers mois.

Des Imbonerakure de ce parti ont obligé à des commerçants de fermer les magasins et les boutiques et le marché de Kirundo lors de la manifestation.

« Toutes les activités étaient déstabilisées. Personne ne pouvait ouvrir la porte de son magasin. On nous a obligés depuis jeudi à donner des contributions variées selon leurs estimations. Nous avons contribué par peur et par force », a regretté un commerçant de Kirundo.

Des militants du parti CNL reprochent au CNDD-FDD de semer la terreur.

« Ils essaient de nous intimider tout en oubliant que nous sommes aussi des anciens combattants », a évoqué un militaire à la retraite, ancien rebelle des FNL (Forces nationales de libération).

Ce qui a choqué, c’est que des contributions en nature ont été vendues au marché par des Imbonerakure.

« Ils ont acheté des bières avec cet argent après la marche. Le montant collecté n’est pas précis.
Des cadres du parti CNDD-FDD, surtout les administratifs ont partagé ce qu’ils ont pris à la population. Après la marche manifestation ils se sont rencontrés ailleurs alors que d’autres s’étaient rassemblés au bar du sécrétaire exécutif du CNDD-FDD en province de Kirundo » a expliqué un militant du parti au pouvoir.

________________

Photo : la province de Kirundo

Previous Tanzanie : près de 4750 réfugiés burundais arrêtés en essayant de rejoindre d'autres pays de la région en quatre mois
Next Cibitoke : plus de 100 familles expropriées de leurs terres à Rugombo