Cibitoke : les prix des produits de première nécessité ont monté

Cibitoke : les prix des produits de première nécessité ont monté

Les prix des produits alimentaires et
industriels ont sensiblement augmenté dans toutes les communes de la province de Cibitoke (nord-ouest du Burundi) ces derniers jours. L’administration provinciale demande à la population de dénoncer les spéculateurs.
(SOS Médias Burundi)

Selon des habitants, le prix du rix et du haricot est passé respectivement de 2400 francs burundais à 3000 et de 1600 à 2000 francs burundais le kilogramme. Les deux denrées alimentaires sont parmi les plus consommées dans la région.

Les prix des produits- Brarudi (Brasserie et limonaderie du Burundi) connaissent actuellement une hausse exponentielle due en grande partie à la spéculation.

« Une bouteille Amstel dont le prix est officiellement fixé à 1900 francs burundais est vendu à 2500 francs », déplorent des habitants du chef-lieu de la province de Cibitoke.

Et d’ajouter : « c’est révoltant de voir qu’un sac de ciment de 50 kg produit localement dont le prix a été fixé par le gouvernement à 24. 500 francs se vende à 40. 000 francs ».

La population de la province de Cibitoke, victime d’une sécheresse alerte sur les spéculations des commerçants.

Elle demande aux autorités de se saisir de la question et réguler les prix des produits de première nécessité.

Contacté à ce propos, le gouverneur de Cibitoke dit être au courant de cette situation fortement marquée par le déficit des denrées alimentaires. Il met tout de même en garde les commerçants spéculateurs en attendant que le contexte puisse s’améliorer.

Carême Bizoza dit qu’il compte organiser une réunion avec les commerçants. Des sanctions ne sont pas écartées. Il appelle la population à dénoncer les spéculateurs.

________________

Photo : des vendeuses de denrées alimentaires sur un marché en province de Cibitoke

Previous Burundi : le CNL refusé d'organiser une journée dédiée à sa jeunesse
Next Photo de la semaine-Ouganda : vers l’interdiction du battement des tambours burundais chez les réfugiés